FONDATION EUROPEENNE POUR LA PSYCHANALYSE


Litura


JORNADA -JOURNEE

COLOQUIO DE LA FEP EN ARANJUEZ 2016
COLLOQUE DE LA FEP À ARANJUEZ
Programa / Programme
 
VIERNES 21 DE OCTUBRE / VENDREDI 21 OCTOBRE 2016
 
13:00 Recepción / réception
14:00 Apertura / ouverture: Cristina Jarque, Lola Burgos
14:15 Presentación / présentation: Graziella Baravalle, Soledad Godano
14:30 Inauguración del Coloquio / Introduction au thème du colloque Gérard Pommier
 
15:00 - 16:40 coordinador / modérateur : Cristina Jarque
15:00 - 15:20 Christian Hoffmann: Diana y Acteón: héroes del límite/ Diana et Acteón : héros de la limite
15:20 - 15:40 André Michels: Calderón de la Barca: la vida es sueño / Calderón de la Barca: la vie est un songe
15:40 - 16:00 Patrick Landman: El retraro de Dorian Gray o la radicalización narcisista / Le portrait de Dorian Grey ou la radicalisation narcissique
16:00 - 16:20 Rosa Navarro: Retornar y trascender / Retourner et transcender
16:20 - 16:40 Intervención del público / Intervention du public
 
16:40 - 17:00 Pausa / Pause
 
17:00 a 18:40 coordinador / modérateur : Graziella Baravalle
17:00 - 17:20 Luigi Burzotta: Las cuatro letras de Gertudis / Les quatre lettres de Gertrude 
17:20 - 17:40 Fulvia Castellano: Escritura, dirigiéndonos al otro para dialogar con él: Sylvia Plath / Écriture, en nous adressant à l'autre pour dialoguer avec lui : Sylvia Plath 
17:40 - 18:00 Rosa Almoguera: Virginia Woolf  
18:00 - 18:20 Alfonso Gómez Prieto: Anaïs Nin: Diario de una infidelidad / Anaïs Nin : journal d'une infidélité
18: 20 - 18:40 Intervención del público / Intervention du public
 
18:40 a 19:00 Pausa / Pause
 
19:00 a 20:40 coordinador / modérateur : Luigi Burzotta
19:00 - 19:20 Arlette Pellé: Psicoanálisis: ¿entre arte y ciencia? /
La Psychanalyse : entre art et science ?
19:20 - 19:40 Jorge Gómez Alcalá: La función del padre: el caso Kafka /
La fonction du père : le cas Kafka
19:40 - 20:00 Verónica Bogao: Una mujer en busca de una habitación propia / Une femme à la recherche d'une chambre à soi
20:00 - 20:20 Aspasie Bali: Medea de ayer y de hoy / Médée d'hier et d'aujourd'hui
20:20 - 20:40 Intervención del público / Intervention du public
 
20:40 FIN
 

SÁBADO 22 DE OCTUBRE / SAMEDI 22 OCTOBRE
10:00 a 11:40 coordinador / modérateur : Alfonso Gómez Prieto
10: 00 - 10:20 Izabel Szpacenkopf: Shakespeare y Hamlet: El duelo, el sufrimiento en la producción subjetiva / Shakespeare et Hamlet : Le deuil, la souffrance dans la production subjective.
10:20 - 10:40 Laura Kait: Todo negro: Back to black / Tout noir: Back to black
10:40 - 11:00 Estrella Romeralo: Até la diosa de la fatalidad / Até la déesse de la fatalité
11:00 - 11:20 Soledad Godano: Cuando Roméo y Julieta comieron perdices /
Quand Roméo et Juliette vécurent heureux
11:20 - 11:40 Intervención del público / Intervention du public
 
11:40 - 12:00 Pausa / pause
 
12:00 - 13:40 coordinador / modérateur : Gorana Manenti
12:00 - 12:20 Gérard Pommier:
12:20 - 12:40 Lola Burgos: Madame Chatelet: entre amante y madre /
Madame Chatelet : entre maîtresse et mère
12:40 - 13:00 Dany Nobus: Un aire de ser sujeto: a propósito de un poema de Lacan / Air d'être sujet: À propos d'un poème de Lacan
13:00 - 13:20 Alejandra Ruiz: Lo que nos enseña el relato fantástico sobre el pasaje al acto / Ce qui nous apprend le récit fantastique sur le passage à l'acte
13:20 - 13:40 Intervención del público / Intervention du public
 
13:40 a 16:00 COMIDA / DÉJEUNER
 
16:00 - 17:40 coordinador / modérateur : Belén Rico
16:00 - 16:20 Gorana Manenti: La tragedia de Anna Karenina: atreverse al amor desde lo femenino / La tragédie d'Anna Karenina, oser à l'amour à partir du féminin
16:20 - 16:40 Orsola Barberis: Michel de Montaigne y su aviso al lector: nombre, verdad y ficción / Michel de Montaigne et son avertissement au lecteur : nom, vérité et fiction
16:40 - 17:00 Graziella Baravalle: Alejandra Pizarnik: La creación de un estilo, entre la escritura y la vida/ Alejandra Pizarnik : La création d'un style entre l'écriture et la vie 
17: 00 - 17:20 Jean-Marie Fossey: La urgencia de la escritura pone a prueba la pulsión de muerte / L'urgence de l'écriture à l'épreuve de la pulsion de mort
17:20 - 17:40 Intervención del público / Intervention du public
 
17:40 a 18:00 Pausa / Pause
 
18:00 a 19:20 coordinador / modérateur : Soledad Godano
18:00 - 18:20 Hèléne Godefroy: De Schiller à Freud, pasando por el sueño /
De Schiller à Freud, en pasant par le rêve 
18:20 - 18:40 Belén Rico: Rosalía de Castro: una melancolía en femenino /
Rosalía de Castro: une mélancolie au féminin 
18:40 - 19:00 Lola Gómez: La palabra como escultora del deseo / Le mot en tant sculpteur du désir
19:00 - 19:20 Gricelda Sarmiento: Los mil muertos de la Hilflosigskei /
Les mille morts de la déréliction
19:20 - 19:40 Intervention del público / Intervention du public

19:40 FIN
20:00 a 21:00 Reunión de los miembros de la FEP /Réunion des membres de la FEP
21:00 CENA / DÎNER
 
 
 
DOMINGO 23 DE OCTUBRE / DIMANCHE 23 OCTOBRE
 
10:00 - 11:20 : coordinador / modérateur : Rosa Navarro
10:00 - 10:20 Karolien Van Diest: Doris Lessing: entre escritura y maternidad /
Doris Lessing: entre écriture et maternité
10:20 - 10:40 Rhadija Lamrani: Psicoanálisis y textos literarios: las raíces freudianas de las interrogantes literarias / Psychanalyse et les textes littéraires : Les racines freudiennes de l'interrogation littéraire
10:40 - 11:00 Roland Chemama: (interviniente sin confirmar) ( intervenant sous réserve )
11:00 - 11:20 Cristina Jarque: Esmeralda (de Víctor Hugo): objeto de lujuria /
Esmeralda (de Víctor Hugo): objet de luxure
11:20 - 11:40 Intervención del público / Intervention du public 
 
11:40 - 12:00 Pausa / pause
 
12:00 - 12:30 Clausura de las jornadas / Clôture des journées :
 
Graziella Baravalle
Presidenta de la Fundación Europea para el Psicoanálisis (FEP)
Miembro del Comité científico y de organización del Coloquio de la FEP en Aranjuez
 
Cristina Jarque
Miembro de la Mesa Directiva (Bureau) de la Fundación Europea para el Psicoanálsisis (FEP)
Coordinadora general del Coloquio de la FEP en Aranjuez
 
12:30 FIN


CONGRÈS de la FONDATION EUROPÉENNE POUR LA PSYCHANALYSE

BARCELONE - 24, 25 et 26 mars 2017

LE SUJET EN SOUFFRANCE
Défis actuels pour la clinique psychanalytique et la clinique psychiatrique

La Fondation fut créée pour tenter de répondre aux problèmes cruciaux face auxquels se trouve la psychanalyse de nos jours, aussi bien du point de vue éthique que politique, et activer ainsi les actions possibles des psychanalystes d’une manière transversale, au-delà de l’appartenance institutionnelle ou non de chacun.
En français « le sujet en souffrance » signifie à la fois le sujet qui souffre et le sujet en attente. Celui-ci souffre précisément car il n’a pas encore pu se réaliser de façon effective, à cause d’une jouissance qui le paralyse. Il insiste cependant, de manière répétitive, par son symptôme, jusqu’à ce que quelqu’un l’écoute véritablement.
La bio-médicalisation de l’attention psychiatrique, c’est-à-dire les manuels de classification qui multiplient les diagnostics sans les inscrire dans la structure qui détermine les symptômes, sous prétexte que les « troubles » seraient dus aux altérations de la biochimie cérébrale, et les politiques sanitaires favorisant l’usage massif de psychotropes malgré les recherches qui mettent en doute leur efficacité, ont tendance à forclore la dimension singulière de chaque sujet, et par conséquent à empêcher l’écoute de celui-ci.
De cette façon, les psychiatres, dans leur activité institutionnelle, se trouvent à présent dans la position de contenir, ou de contrôler le malaise, sans pouvoir traiter ce qui est au-delà de la demande du sujet, et sans non plus le plaisir que ressentaient autrefois les psychiatres classiques lors de leur recherche scientifique. D’où le malaise des plus lucides.
Les psychologues qui appliquent les thérapies cognitivo-comportamentales, remettent également en question l’utilisation massive de médicaments, mais dans l’application de leur technique, ils s’adressent au sujet psychologique, conscient, dans le but de réadapter son comportement, bien que les neurosciences aient établi clairement qu’une grande partie de notre activité psychique soit inconsciente, comme Freud l’avait bien découvert.
Cependant, il existe une différence fondamentale entre l’inconscient cognitif et l’inconscient psychanalytique. L’inconscient cognitif coïncide à grands traits avec ce que Freud décrivait comme préconscient : ce qui pouvait être conscient grâce à un certain effort d’attention.
En revanche, l’inconscient pour la psychanalyse est ce qui est refoulé, dénié ou refusé par le sujet, précisément parce qu’il est inacceptable pour sa conscience. En ce sens le symptôme exprime la division même du sujet, qui est le résultat de son incorporation au langage. Incorporation traumatique puisqu’elle implique la perte de notre être, introduisant dans l’être parlant une carence constituante dont il ne veut rien savoir.
Le langage nous humanise, en même temps qu’il nous aliène aux signifiants de l’Autre (la mère, le père, la famille, etc.). Il existe un savoir que le sujet ignore, qui lui est étranger, inconscient et qui, malgré tout, détermine son désir et ses modalités de jouissance, affectant son propre corps.
D’où le fait que le trauma rejeté, dénié ou refoulé revienne dans ses symptômes, dans l’attente d’une écoute qui rende possible la reconnaissance de la vérité de sa carence, même si celle-ci est mi-dite, et le deuil puisse se faire.
Cela demande une direction de cure - celle proposée par la psychanalyse - qui implique que celui qui la réalise, se place – paradoxalement - dans le lieu de ce qui cause le désir, dans le lieu de la carence, pour que le sujet soit l’agent de son élaboration et non le patient d’une thérapie, que ce soit celle qui réduit sa parole avec le médicament ou celle qui cherche à diriger sa conscience et son action.
Le défi pour nos disciplines est tout à la fois éthique et politique. Le sujet qui a recours à nous avec son symptôme, sa souffrance et sa douleur, demande du temps pour effectuer le deuil non seulement de ce qui a déclenché dans le présent son malaise mais aussi de ce que le conflit ou la perte actuels évoquent de son traumatisme constituant.
Le temps, à cause du discours capitaliste où nous sommes inclus, est quelque chose que l’on est en train de forclore dans l’attention psychiatrique et psychologique au nom d’une prétendue   efficacité, en oubliant que le sujet, comme le disait Lacan, c’est le temps.
Comité d’organisation
Graziella Baravalle, Marcelo Edwards, Annick Juredieu, Rosa Navarro.
Comité scientifique
Graziella Baravalle, Juan Bauzá, Néstor Braunstein, Gorana Bulat-Manenti, Luigi Burzotta, Roland Chemama, Marcelo Edwards, Hélène Godefroy, Christian Hoffman, Cristina Jarque, Laura Kait, Monique Lauret, María José Muñoz, Arlette Pellé, Gérard Pommier, Rosa Navarro, Silvia Saskyn.



Il y aura deux langues officielles pour le Congrès : l’espagnol et le français. Chaque intervenant devra envoyer la traduction de son texte dans l’autre langue que la sienne. Ce texte ne devra pas dépasser les 2000 mots. Chaque intervention sera de 20 minutes.
La date limite pour s'inscrire en tant qu'intervenant et pour envoyer le titre est : fin août 2016. Néanmoins, si on peut les recevoir avant, ce sera mieux pour l'organisation du Congrès. La date limite pour envoyer le texte et sa traduction dans l’autre langue est : fin Décembre 2016.
Plus tard, vous recevrez l’information complémentaire correspondante.

Information: baravalle@telefonica.net
marceloedwards@movistar.es



Colloque de la FEP à Saint-Pétersbourg les 24 et 25 juin 2016 : « Les modalités des psychoses »

Fondation Européenne pour la Psychanalyse
Musée des rêves de Sigmund Freud - Ecole de Psychanalyse Freud-Lacan

Nous poursuivrons notre dialogue, en vue de trouver une éventuelle articulation de la psychanalyse avec la diversité des pratiques du travail avec le sujet : des espaces cliniques, de la réadaptation et des espaces sociaux. Cette fois-ci, nous partons d’un constat commun selon lequel la douleur psychique ne peut être réduite ni à l’énoncé ni à la portée du diagnostic.

La première journée du colloque sera consacrée à l'analyse du jeune sujet. Nous aborderons les points de la construction de la psyché et leurs liens avec les diagnostics modernes. Bien établis aujourd’hui dans la classification médicale, ces diagnostics non seulement restent en attente d’éclaircissement de nombreuses questions qui leur ont été posées, mais exigent de nous encore davantage que nous trouvions de nouvelles formulations et que nous posions de nouvelles questions. Nous mettrons l'accent sur l'autisme, l'hyperactivité, le déficit de l'attention, et nous nous arrêterons plus spécialement sur la possibilité d'une entrée dans la psychose à l'adolescence.

Les principaux thèmes de la deuxième journée seront le travail analytique avec les psychoses, la distinction de leurs formes cliniques, l'invention dans le cadre de travail de la psychothérapie institutionnelle. Nos collègues français partageront leur expérience dans le domaine de la création et du travail en cliniques psychiatriques (La Borde et autres), où, en plus du traitement médical des psychoses, peut s'articuler la logique du sujet.

Lieux :
Musée des rêves de Sigmund Freud, Bolshoy Prospekt Petrogradskoi storony, 18A, Saint-Pétersbourg ; et d'autres lieux à confirmer

Intervenants :
Gorana Bulat-Manenti, Guy Dana, Tristan Garcia Fons, Jacques Jungman, Patrick Landman, Marie-Christine Laznik, Silvia Lippi, Viktor Mazin, Elena Markevitch, Yannick Oury, Gérard Pommier, Yulia Popova, Marino Pulliero, Dominique Tourrès-Landman, Laure Westphal, Aiten Yuran, Elena Zagoskina

Comité d’organisation (Russie) :
Elena Markevitch, Viktor Mazin, Aiten Yuran, Elena Zagoskina

Comité d’organisation (France) :
Gorana Bulat-Manenti, Gérard Pommier, Yulia Popova, Laure Westphal

Contacts : Yulia Popova (yulia_popova@hotmail.fr) et
Laure Westphal (laure_westphal@hotmail.fr)

Pour s’inscrire, adresser un chèque de 40 euros, ou de 20 euros pour les étudiants, à l’ordre de la FEP 13, rue Monge 75 005 Paris

Information pratique : un visa est nécessaire pour la Russie et les démarches préalables sont à entamer dès maintenant.


JORNADA - FUNDACIÓN EUROPEA PARA EL PSICOANALISIS

 

JOURNÉES

FONDATION EUROPÉENNE POUR LA PSYCHANALYSE

 

del 19 de febrero 13 horas a 21 de febrero 14 horas

du 19 février 13h au 21 février 14h

 

MÁLAGA 2016

 

Hotel Don Curro

Calle Sancha de Lara 9, 29015 Málaga, España

REFLEXIONES EN TORNO AL FINAL DE ANÁLISIS

RÉFLEXIONS AUTOUR DE LA FIN DE L'ANALYSE

 

 

La pregunta sobre el final de análisis surgió en el propio inventor del psicoanálisis, ya que fue el mismo Freud quien se interrogó estas cuestiones en Análisis finito e infinito. Desde entonces el interés y la investigación al respecto van en aumento convirtiendo este tema en uno de los más importantes a dilucidar.

Lacan nos habla, efectivamente, de un final de análisis.

¿Cómo es ese final de análisis?

¿Cómo viven los sujetos su vida después del final de análisis?

Decimos que el psicoanálisis no tiene únicamente como objetivo el mejoramiento de los síntomas del analizante, sino que va más allá... ¿Más allá... a dónde?

La teoría nos pone en contacto con la idea de que el sujeto puede llegar a tener una diferente posición subjetiva ante el goce y la pulsión.

Si esto es así: ¿cómo vive el sujeto su sexualidad después del análisis?

¿Hay cambios en el deseo sexual de un sujeto cuando llega al final de análisis?

¿Cómo funciona una cura analítica?

En estas jornadas nos reuniremos para hablar sobre este tema tan interesante como importante.

 

 

La question sur la fin de l'analyse surgit chez l'inventeur de la psychanalyse, puisque c'était Freud lui même qui s'est posé ces questions dans Analyse finie et infinie. Depuis ce moment l'intérêt et la recherche à ce sujet augmentent, en transformant ce thème comme un des plus importants à élucider.

Lacan nous parle, effectivement, d'une fin d'analyse.

Comment est cette fin d'analyse ?

Comment les sujets vivent-ils leur vie après la fin d'analyse ?

On dit que la psychanalyse n'a pas pour but uniquement l'amélioration des symptômes des analysants, mais qu'elle va plus loin… Plus loin… Où ?

La théorie nous met en contact avec l'idée que le sujet peut arriver à avoir une position subjective différente devant la jouissance et la pulsion.

Si c'est le cas : comment le sujet vit-il sa sexualité après l'analyse ?

Y a-t-il des changements dans le désir sexuel d'un sujet quand il arrive à la fin de son analyse ? Comment fonctionne une cure analytique ?

Dans ces journées on parlera sur ce sujet aussi important qu'intéressant.

 

Comité científico de las jornadas / Comité scientifique des journées :

Graziella Baravalle, Néstor A. Braunstein, Gorana Bulat-Manenti, Lola Burgos, Luigi Burzotta, Roland Chemama, Hèléne Godefroy, Alfonso Gómez Prieto, Christian Hoffmann, Cristina Jarque, Monique Lauret, Rosa Navarro, Gérard Pommier, Belén Rico, José Eduardo Tappan

Comité de organización / Comité d'organisation :

Alma Barrera, Graziella Baravalle, Imaculada Buenadicha, Gorana Bulat-Manenti, Lola Burgos, Luigi Burzotta, Roland Chemama, Yolanda Cogolludo, Lola Gómez Lancha, Alfonso Gómez Prieto, Marian Higueras, Cristina Jarque, Rosa Navarro, Gérard Pommier, Belén Rico, Carmen Soto, José Eduardo Tappan

Gestión:

- Cristina Jarque: cristinajarque@gmail.com

- Lola Burgos: lola_burgos@yahoo.es

- José Eduardo Tappan: jetappan@gmail.com

- Alfonso Gómez Prieto: alfonso.gomezprieto@yahoo.es

- Belén Rico: marabelgom@gmail.com

 

El precio de inscripción a las jornadas es: 80 euros en general, 60 euros miembros de la Fundación e intervinientes, 10 euros estudiantes, a pagar in situ.

Les  frais d’inscription aux journées sont : 80 euros en général, 60 euros membres de la Fondation e intervenants, 10 euros étudiants, à régler sur place. 

 

Programa / Programme

VIERNES 19 DE FEBRERO / VENDREDI 19 FÉVRIER

13:00 Recepción / réception

14:00 Apertura / ouverture: Alfonso Gómez Prieto, Belén Rico

14:15 Presentación / présentation: Graziella Baravalle, Cristina Jarque

14:30 Inauguración del Coloquio / Introduction au theme du colloque Gérard Pommier

 

15:00 - 16:40 coordinador / modérateur : Luigi Burzotta

15:00 - 15:20 Monique Lauret: El tiempo que se necesita para llegar a ser / Le temps qu'il faut à être

15:20 - 15:40 Hèléne Godefroy: Fantasma: principo y fin / Fantasme : début et fin

15:40 - 16:00 Gricelda Sarmiento: Los antiguos dioses: "La lógica y el destino" ¿pueden poner un límite al análisis infinito? / Les anciens dieux : "La logique et le destin", peuvent mettre une borne à l'analyse infinie ?

16:00 - 16:20 Jean-Marie Fossey:

16:20 - 16:40 Intervención del público / Intervention du public

 

16:40 - 17:00 Pausa / Pause

 

17:00 a 18:40 coordinador / modérateur : Cristina Jarque

17:00 - 17:20 José Eduardo Tappan: Un fin de análisis… ¿o varios? / Un fin d'analyse… ou plusieurs ? 

17:20 - 17:40 Dany Nobus: Encontrarse el gai saber: El final de análisis como el análisis del final/ En rencontrant le gai savoir: La fin de l'analyse comme l'analyse de la fin 

17:40 - 18:00 Roland Chemama: ¿Podemos no idealizar el final de análisis? / Peut-on ne pas idéaliser la fin de l'analyse ?

18:00 - 18:20 Patrick Landman: ¿Es el final de análisis un fantasma de la lógica? / La fin de l'analyse, est elle un fantasme de la logique ?

18: 20 - 18:40 Intervención del público / Intervention du public

 

18:40 a 19:00 Pausa / Pause

 

19:00 a 20:40 coordinador / modérateur : Graziella Baravalle

19:00 - 19:20 Alfonso Gómez Prieto: La relación de Eros y Psique en el fin de análisis / Le rapport entre Eros et Psyché à la fin de l'analyse

19:20 - 19:40 Alejandra del Angel: El final de análisis y la conclusion de la cure / La fin de l'analyse et la conclusion de la cure 

19:40 - 20:00 Kathy Saada: Un análisis se termina / Une analyse se termine

20:00 - 20:20 Dominique Lecoq: La norma y el infinito / La norme et l'infini

20:20 - 20:40 Intervención del público / Intervention du public

 

 

20:40 FIN

 

 

SABADO 20 DE FEBRERO / SAMEDI 20 FÉVRIER

 

10:00 a 11:40 coordinador / modérateur : Belén Rico

10: 00 - 10:20 Mariela Becher: Psicosis y fin de análisis: reflexiones en torno a un caso clínico / Psychoses et fin de l'analyse : réflexions autour d'un cas clinique

10:20 - 10:40 Silvia Saskyn: ¿Hay transferencia en la psicosis? ¿Hay final de análisis? / Y-a-t-il du transfert dans la psychoses ? Y-a-il de la fin de l'analyse ?

10:40 - 11:00 Rosa Navarro: El accidente del fin de análisis / L'accident de la fin d'analyse

11:00 - 11:20 Vanina Micheli:

11:20 - 11:40 Intervención del público / Intervention du public

 

11:40 - 12:00 Pausa / pause

 

12:00 - 13:40 coordinador / modérateur : Gorana Manenti

12:00 - 12:20 Luigi Burzotta: El final de un análisis está en su comienzo / La fin d'une analyse c'est dans son commencement

12:20 - 12:40 Lola Burgos: Reflexiones sobre el final de análisis / Réflexions sur la fin de l'analyse

12:40 - 13:00 Christian Hoffmann: Los tramos de análisis / Les tranches d'analyse

13:00 - 13:20 Graziella Baravalle: Peculiaridades de un final / Particularités d'une fin

13:20 - 13:40 Intervención del público / Intervention du public

 

13:40 a 16:00 COMIDA / DÉJEUNER

 

16:00 - 17:40 coordinador / modérateur : Roland Chemama

16:00 - 16:20 Gorana Manenti: Final de análisis e identificación al síntoma: clínica / La fin d'analyse et l'identification au symptôme : clinique

16:20 - 16:40 Cristina Jarque: Reflexiones sobre la rectificación subjetiva / Réflexions sur la rectification subjective

16:40 - 17:00 Gérard Pommier: "El final" de análisis ¿es un duelo apocalíptico, o una adolescencia renovada? / "La fin" de l'analyse est-elle un deuil apocalyptique, ou une adolescence renouvelée?

17: 00 - 17:20 Lola Gómez: Más allá de la cura / Au-delà de la cure

17:20 - 17:40 Intervención del público / Intervention du public

 

17:40 a 18:00 Pausa / Pause

 

18:00 a 19:20 coordinador / modérateur : Lola Burgos

18:00 - 18:20 Aspasie Bali: Final terapéutique y final de análisis / Fin thérapeutique et fin de l'analyse

18:20 - 18:40 Liora Stavchansky: Fin de análisis no es vaciamiento del inconsciente: notas sobre la clínica con niños topología / La fin de l'analyse n'est pas le vide de l'inconscient : notes sur la clinique d'enfants et la topologie

18:40 - 19:00 Néstor Braunstein: Elogio de lo inconcluso / Éloge de l'inachevé

19:00 - 19:20 Alain Vanier:  

19:20 - 19:40 Intervention del público / Intervention du public

 

19:40 FIN

 

20:00 a 21:00 ASAMBLEA DE LA FEP /ASSAMBLÉE DE LA FEP

 

21:00 CENA / DINER

 

 

DOMINGO 21 DE FEBRERO / DIMANCHE 21 FÉVRIER

 

10:00 - 11:20 : coordinador / modérateur : Alfonso Gómez Prieto

10:00 - 10:20 Alma Barrera: Fin de análisis: Recorte y escritura del fantasma en la clínica con niños / La fin de l'analyse : Coupure et écriture du fantasme dans la clinique d'enfants

10:20 - 10:40 Belén Rico: El fin de análisis y los imaginarios de eternidad / La fin de l'analyse et les imaginaires d'éternité

10:40 - 11:00 América Espinosa: Transferencia y fin de análisis / Transfert et fin d'analyse

11:00 - 11:20 André Michels: Del nombre en el final de la cura o la letra en su relación al tiempo / Du nom en fin de cure ou la lettre dans son rapport au temps

11:20 - 11:40 Intervención del público / Intervention du public 

 

11:40 - 12:00 Pausa / pause

 

12:00 - 12:30 Clausura de las jornadas / Clôture des journées :

Graziella Baravalle,  Presidenta de la Fundación Europea para el Psicoanálisis (FEP)

 

12:30 FIN

 



Tschann Libraire & les Editions Jean-Jacques Pauvert  
125 Boulevard du Montparnasse – Paris 6e

Dimanche 7 février de 16h à 18h
Présentation du nouveau livre de Gérard Pommier

Féminin, révolution sans fin
 
Ce livre sera présenté par Catherine Millot et Jacqueline Schaeffer.
Les débats seront animés par Alain Vanier.
 
La femme n’est jamais tant chantée et célébrée par les poètes, de Pétrarque à Nerval, de Maurice Scève à Novalis, que lorsqu’elle est inaccessible, idéalisée, absente, ou même morte. En revanche, quand des femmes bien vivantes descendent dans la rue et prennent une part active à la Révolution française, les historiens n’en parlent guère. Les seins nus parmi les plus célèbres de l’histoire de la peinture ne sont pas ceux d’une femme mais ceux d’une allégorie, La liberté guidant le peuple.
Objet de désir, et de ce fait facteur de désordre, le féminin est refoulé. Souvent, aussi, par les femmes elles-mêmes. Impossible à éradiquer, il est savamment éloigné et rêvé, paré, voilé, ou fantasmé. Toutes les sociétés humaines, patriarcales à de rares exceptions près, mythifient la féminité pour mieux la tenir à distance. Maintenir l’ordre est une fonction d’homme.
Pourtant, engendré par le désir, le désordre lui-même, et tout ce qu’il draine avec lui de remises en question, est aussi un facteur d’évolution. A ce titre, le féminin n’est-il pas le ferment anticulturel de ce qui sera finalement un progrès? L’histoire, cette fois, ne s’y est pas trompé : partout où l’oppression subie par les femmes s’atténue, les hommes eux-mêmes sont plus libres.
Comme si le tableau de Delacroix était moins classiquement allégorique qu’authentiquement visionnaire : qui songerait à représenter la liberté sous des traits masculins ?
Le psychanalyste Gérard Pommier offre ici un essai singulier, une exploration littéraire et politique de la féminité, dans ce qu’elle a de moins domesticable et de plus séditieux.

En librairie le 1er février 2016

 


Jean-Pierre Lebrun et Nicole Malinconi 
L'altérité est dans la langue
 
Psychanalyse et écriture
ED Erès Humus 2015
 
Discutants :  Arlette Pellé,  Gorana Bulat-Manenti, Roland Chemama

Samedi 28 novembre salle 11 1er étage de 14h30 à 17heures
 
IPT 83 Bd Arago 75014 Paris

 
 


 

Fondation Européenne pour la Psychanalyse

Espace Analytique 

 

Sala Alessandrina Archivio di stato Corso Rinascimento 40 Roma

 

Convegno internazionale su La Psicanalisi e l’Arte

Roma 9 e10 ottobre 2015

Forum international sur La psychanalyse et l'art

Rome 9 et 10 octobre 2015

 

Promotori – Organisateurs:

Luigi Burzotta, Christian Hoffmann, Giuseppe Modica et Alain Vanier

 

Dans la première réunion des organisateurs, le peintre Giuseppe Modica  a proposés comme sous-titre les mots : imaginaire, invisible et indicible ; terne qui, tout en évoquant pour nous des concepts longuement élaborés par Lacan, même d’après Merleau Ponty, selon lui, c’est à dire dans sa pratique de peintre, ce sont de mots qui disent les coordonnées qui président à toute production de l’art et en gardent aussi le coté du mystère de l’imprévisibilité et de la versatilité.

Pour nous analystes, en glissant sur les éclairants commentaires de Jacques Lacan dédiés aux tableaux de plusieurs peintres dans son Séminaire et pour me limiter seulement à mentionner Les Ambassadeurs de Holbein (1964), Las Meninas de Velasquez (1966)  ou la Sainte Teresa de Bernin, je voudrais rappeler ce qu’il a dit dans le séminaire Les non - dupes errent le 9 avril 1974:

… comme l’a fait remarquer depuis longtemps Platon, il n’est pas du tout forcé, il est même préférable que le poète ne sache pas ce qu'il fait. C'est ce qui donne à ce qu'il fait sa valeur primordiale et devant quoi il n'y a vraiment qu'à courber la tête.

Je veux dire que si on peut faire une certaine analogie, enfin une certaine homologie, disons… (mais avec, pour le mot homo, ce sens approximatif qui est celui que je vous ai déjà souligné tout à l'heure)... une certaine homologie entre ce qu'on a comme œuvres de l’art et ce que nous recueillons dans l’expérience analytique, interpréter l’art, c'est ce que Freud a toujours écarté, toujours répudié. Ce qu'on appelle psychanalyse de l’art, c'est encore plus à écarter que la fameuse psychologie de l’art, qui est une notion délirante. De l’art, nous avons à prendre de la graine. A prendre de la graine pour autre chose, c'est-à-dire, pour nous, en faire ce tiers qui n'est pas encore classé ; en faire ce quelque chose, qui est accoté à la science, d'une part, et qui prend de la graine de l’art de l’autre. Et j'irai même plus loin: qui ne peut le faire que dans l’attente de devoir à la fin donner sa langue au chat. C’est ce que fait dernièrement (La psychanalyse) Moustapha Safouan  avec La jeune femme au miroir de Bellini et Vénus au Miroir de Velasquez pour dire que le féminine ne saurait être capté par aucun miroir.

Comité scientifique :

Accademia Belle Arti Roma, Graziella Baravalle, Luigi Burzotta, Carla Cerati, Roland Chemama, Muriel Drazien, Marcello Fagiolo dell’Arco, Christian Hoffmann, Cristina Jarque, Eugenio Lo Sardo, Gorana Manenti, Giuseppe Modica, Massimo Onofri, Pierluigi Pirandello, Gérard Pommier, Moustapha Safouan, Claudio Strinati, Alain Vanier, Johanna Vennemann

 

Traduction simultanée français italien

Les intervenants sont prié d’envoyer leur texte, 1700 (mille sept cents) mots au maximum, en langue français ou bien italienne, avant le 25 septembre, à l’adresse : luigi.burzotta@live.it

 

Vendredi 9 octobre  

9h00 Inscriptions  

 

Ore 10h00 Fonction spéculaire et structure

Luigi Burzotta, Roma

L’échec du miroir. La structure et la fonction spéculaire dans Fausto Pirandello et Giuseppe Modica :

Hypothèse d’une table ronde sur la prospective avec 

Claudio Strinati, Roma

Mario Perniola, Roma

Giuseppe Modica, Roma

 

11h00 DEBAT

 

Vendredi 9 octobre

PRESIDENT : ALAIN VANIER

11h30 Ars et érotisme

Muriel Drazien, Roma

L’origine du monde

Graziella Baravalle, Barcelona

Habillé en femme, Hercule à la cour d’Omphale (Luca Granach…)

Jaume Claret, Barcelona

L'art du fétiche.

Eduardo Leal Cunha

De la pornographie à l'ars érotisa

12h30 DEBAT

 

Vendredi 9 octobre

15h00 Du visible et de l’invisible

PRESIDENT : GIUSEPPE MODICA

Annelisa Alleva, Roma

L'invisibilité de l'héros

Gabriele Simongini, Roma

Voir l'invisible: da Paul Klee a Vasco Bendini.

Duccio Trombadori, Roma

Les parados du visible

Marcello Fagiolo dell’Arco, Roma

Invisible e indicible: le miroir e le puits de l'anima

16h00 DEBAT

 

Vendredi 9 octobre

16h30 Le réel ?

PRESIDENT: JOHANNA VENNEMANN, Köln

Stéphane Thibierge

Questions psychanalytiques sur l'art et le réel

André Michels, Luxemburg

De l’art dans son rapport à la vérité et au réel

Ruggero Savinio, Roma

Présenter l'irreprésentable

17h15 : DEBAT

 

PAUSE

 

Vendredi 9 octobre

17h45 Le réel ?

PRESIDENTE: JOHANNA VENNEMANN, Köln

Carlo Albarello, Roma

Le retour du réel

Marielle David, Paris

« Le réel, la passe et l’architecture » Énigmatique!

Hélène Godefroy

Le réel dans l’art: Ron Mueck

18h30 DEBAT

 

Samedi 10 octobre

9h30 Pas seulement le figuratif

PRESIDENT : CRHISTINE DAL BON, Rome

Silvia Lippi, Paris

Lacan e la-dance

Gorana Manenti, Paris

"Drame sur toile": l'inconscient, lien indéniable entre le théâtre et la peinture?

Jean Jacques Moscovitz, Paris

Un apport du cinéma à la psychanalyse, tuche et dystuchia…L’image qui bouge et le signifiant.

Nabile Farès, Paris

Du sublime et de l’absence

10h30 DEBAT

 

11h00 PAUSE

 

Samedi 10 octobre

11h30 Les bords de la représentation

PRESIDENT : CLAUS D. RATH

Alain Vanier, Paris,

Ce qui reste

Esther Tellermann, Paris

Présentation et représentation

Christian Hoffmann, Paris

Esthétique

Alejandra Ruíz, Buenos Aires

Berni et la figuration du resto

12h30 DEBAT

 

Samedi 10 octobre

15h00 Le malaise et le trouble dans l’art

PRESIDENT : CHRISTIAN HOFFMANN, Paris

Philippe Abastado

La dépression chez les peintres italiens de la renaissance

Tiziana D’Acchille, Roma

La représentation de la figure du “fou” ne l'art dal XIII al XVII siècle: une lecture iconologique

Francesco Gallo Mazzeo 

Émotions et Disharmonies

Laura Kait, Barcelona

Tout noir

16h00 DEBAT

 

Samedi 10 octobre

16h30 Poiesis

PRESIDENT : GRAZIELLA BARAVALLE

Gérard Pommier, Paris

La poésie d’abord, fille du regard