FONDATION EUROPEENNE POUR LA PSYCHANALYSE


Litura


JORNADAS

FUNDACIÓN EUROPEA PARA EL PSICOANALISIS

 

JOURNÉES

FONDATION EUROPÉENNE POUR LA PSYCHANALYSE

 

del 19 de febrero 13 horas a 21 de febrero 14 horas

du 19 février 13h au 21 février 14h

 

MÁLAGA 2016

 

Hotel Don Curro

Calle Sancha de Lara 9, 29015 Málaga, España

REFLEXIONES EN TORNO AL FINAL DE ANÁLISIS

RÉFLEXIONS AUTOUR DE LA FIN DE L'ANALYSE

 

 

La pregunta sobre el final de análisis surgió en el propio inventor del psicoanálisis, ya que fue el mismo Freud quien se interrogó estas cuestiones en Análisis finito e infinito. Desde entonces el interés y la investigación al respecto van en aumento convirtiendo este tema en uno de los más importantes a dilucidar.

Lacan nos habla, efectivamente, de un final de análisis.

¿Cómo es ese final de análisis?

¿Cómo viven los sujetos su vida después del final de análisis?

Decimos que el psicoanálisis no tiene únicamente como objetivo el mejoramiento de los síntomas del analizante, sino que va más allá... ¿Más allá... a dónde?

La teoría nos pone en contacto con la idea de que el sujeto puede llegar a tener una diferente posición subjetiva ante el goce y la pulsión.

Si esto es así: ¿cómo vive el sujeto su sexualidad después del análisis?

¿Hay cambios en el deseo sexual de un sujeto cuando llega al final de análisis?

¿Cómo funciona una cura analítica?

En estas jornadas nos reuniremos para hablar sobre este tema tan interesante como importante.

 

 

La question sur la fin de l'analyse surgit chez l'inventeur de la psychanalyse, puisque c'était Freud lui même qui s'est posé ces questions dans Analyse finie et infinie. Depuis ce moment l'intérêt et la recherche à ce sujet augmentent, en transformant ce thème comme un des plus importants à élucider.

Lacan nous parle, effectivement, d'une fin d'analyse.

Comment est cette fin d'analyse ?

Comment les sujets vivent-ils leur vie après la fin d'analyse ?

On dit que la psychanalyse n'a pas pour but uniquement l'amélioration des symptômes des analysants, mais qu'elle va plus loin… Plus loin… Où ?

La théorie nous met en contact avec l'idée que le sujet peut arriver à avoir une position subjective différente devant la jouissance et la pulsion.

Si c'est le cas : comment le sujet vit-il sa sexualité après l'analyse ?

Y a-t-il des changements dans le désir sexuel d'un sujet quand il arrive à la fin de son analyse ? Comment fonctionne une cure analytique ?

Dans ces journées on parlera sur ce sujet aussi important qu'intéressant.

 

Comité científico de las jornadas / Comité scientifique des journées :

Graziella Baravalle, Néstor A. Braunstein, Gorana Bulat-Manenti, Lola Burgos, Luigi Burzotta, Roland Chemama, Hèléne Godefroy, Alfonso Gómez Prieto, Christian Hoffmann, Cristina Jarque, Monique Lauret, Rosa Navarro, Gérard Pommier, Belén Rico, José Eduardo Tappan

Comité de organización / Comité d'organisation :

Alma Barrera, Graziella Baravalle, Imaculada Buenadicha, Gorana Bulat-Manenti, Lola Burgos, Luigi Burzotta, Roland Chemama, Yolanda Cogolludo, Lola Gómez Lancha, Alfonso Gómez Prieto, Marian Higueras, Cristina Jarque, Rosa Navarro, Gérard Pommier, Belén Rico, Carmen Soto, José Eduardo Tappan

Gestión:

- Cristina Jarque: cristinajarque@gmail.com

- Lola Burgos: lola_burgos@yahoo.es

- José Eduardo Tappan: jetappan@gmail.com

- Alfonso Gómez Prieto: alfonso.gomezprieto@yahoo.es

- Belén Rico: marabelgom@gmail.com

 

El precio de inscripción a las jornadas es: 80 euros en general, 60 euros miembros de la Fundación e intervinientes, 10 euros estudiantes, a pagar in situ.

Les  frais d’inscription aux journées sont : 80 euros en général, 60 euros membres de la Fondation e intervenants, 10 euros étudiants, à régler sur place. 

 

Programa / Programme

VIERNES 19 DE FEBRERO / VENDREDI 19 FÉVRIER

13:00 Recepción / réception

14:00 Apertura / ouverture: Alfonso Gómez Prieto, Belén Rico

14:15 Presentación / présentation: Graziella Baravalle, Cristina Jarque

14:30 Inauguración del Coloquio / Introduction au theme du colloque Gérard Pommier

 

15:00 - 16:40 coordinador / modérateur : Luigi Burzotta

15:00 - 15:20 Monique Lauret: El tiempo que se necesita para llegar a ser / Le temps qu'il faut à être

15:20 - 15:40 Hèléne Godefroy: Fantasma: principo y fin / Fantasme : début et fin

15:40 - 16:00 Gricelda Sarmiento: Los antiguos dioses: "La lógica y el destino" ¿pueden poner un límite al análisis infinito? / Les anciens dieux : "La logique et le destin", peuvent mettre une borne à l'analyse infinie ?

16:00 - 16:20 Jean-Marie Fossey:

16:20 - 16:40 Intervención del público / Intervention du public

 

16:40 - 17:00 Pausa / Pause

 

17:00 a 18:40 coordinador / modérateur : Cristina Jarque

17:00 - 17:20 José Eduardo Tappan: Un fin de análisis… ¿o varios? / Un fin d'analyse… ou plusieurs ? 

17:20 - 17:40 Dany Nobus: Encontrarse el gai saber: El final de análisis como el análisis del final/ En rencontrant le gai savoir: La fin de l'analyse comme l'analyse de la fin 

17:40 - 18:00 Roland Chemama: ¿Podemos no idealizar el final de análisis? / Peut-on ne pas idéaliser la fin de l'analyse ?

18:00 - 18:20 Patrick Landman: ¿Es el final de análisis un fantasma de la lógica? / La fin de l'analyse, est elle un fantasme de la logique ?

18: 20 - 18:40 Intervención del público / Intervention du public

 

18:40 a 19:00 Pausa / Pause

 

19:00 a 20:40 coordinador / modérateur : Graziella Baravalle

19:00 - 19:20 Alfonso Gómez Prieto: La relación de Eros y Psique en el fin de análisis / Le rapport entre Eros et Psyché à la fin de l'analyse

19:20 - 19:40 Alejandra del Angel: El final de análisis y la conclusion de la cure / La fin de l'analyse et la conclusion de la cure 

19:40 - 20:00 Kathy Saada: Un análisis se termina / Une analyse se termine

20:00 - 20:20 Dominique Lecoq: La norma y el infinito / La norme et l'infini

20:20 - 20:40 Intervención del público / Intervention du public

 

 

20:40 FIN

 

 

SABADO 20 DE FEBRERO / SAMEDI 20 FÉVRIER

 

10:00 a 11:40 coordinador / modérateur : Belén Rico

10: 00 - 10:20 Mariela Becher: Psicosis y fin de análisis: reflexiones en torno a un caso clínico / Psychoses et fin de l'analyse : réflexions autour d'un cas clinique

10:20 - 10:40 Silvia Saskyn: ¿Hay transferencia en la psicosis? ¿Hay final de análisis? / Y-a-t-il du transfert dans la psychoses ? Y-a-il de la fin de l'analyse ?

10:40 - 11:00 Rosa Navarro: El accidente del fin de análisis / L'accident de la fin d'analyse

11:00 - 11:20 Vanina Micheli:

11:20 - 11:40 Intervención del público / Intervention du public

 

11:40 - 12:00 Pausa / pause

 

12:00 - 13:40 coordinador / modérateur : Gorana Manenti

12:00 - 12:20 Luigi Burzotta: El final de un análisis está en su comienzo / La fin d'une analyse c'est dans son commencement

12:20 - 12:40 Lola Burgos: Reflexiones sobre el final de análisis / Réflexions sur la fin de l'analyse

12:40 - 13:00 Christian Hoffmann: Los tramos de análisis / Les tranches d'analyse

13:00 - 13:20 Graziella Baravalle: Peculiaridades de un final / Particularités d'une fin

13:20 - 13:40 Intervención del público / Intervention du public

 

13:40 a 16:00 COMIDA / DÉJEUNER

 

16:00 - 17:40 coordinador / modérateur : Roland Chemama

16:00 - 16:20 Gorana Manenti: Final de análisis e identificación al síntoma: clínica / La fin d'analyse et l'identification au symptôme : clinique

16:20 - 16:40 Cristina Jarque: Reflexiones sobre la rectificación subjetiva / Réflexions sur la rectification subjective

16:40 - 17:00 Gérard Pommier: "El final" de análisis ¿es un duelo apocalíptico, o una adolescencia renovada? / "La fin" de l'analyse est-elle un deuil apocalyptique, ou une adolescence renouvelée?

17: 00 - 17:20 Lola Gómez: Más allá de la cura / Au-delà de la cure

17:20 - 17:40 Intervención del público / Intervention du public

 

17:40 a 18:00 Pausa / Pause

 

18:00 a 19:20 coordinador / modérateur : Lola Burgos

18:00 - 18:20 Aspasie Bali: Final terapéutique y final de análisis / Fin thérapeutique et fin de l'analyse

18:20 - 18:40 Liora Stavchansky: Fin de análisis no es vaciamiento del inconsciente: notas sobre la clínica con niños topología / La fin de l'analyse n'est pas le vide de l'inconscient : notes sur la clinique d'enfants et la topologie

18:40 - 19:00 Néstor Braunstein: Elogio de lo inconcluso / Éloge de l'inachevé

19:00 - 19:20 Alain Vanier:  

19:20 - 19:40 Intervention del público / Intervention du public

 

19:40 FIN

 

20:00 a 21:00 ASAMBLEA DE LA FEP /ASSAMBLÉE DE LA FEP

 

21:00 CENA / DINER

 

 

DOMINGO 21 DE FEBRERO / DIMANCHE 21 FÉVRIER

 

10:00 - 11:20 : coordinador / modérateur : Alfonso Gómez Prieto

10:00 - 10:20 Alma Barrera: Fin de análisis: Recorte y escritura del fantasma en la clínica con niños / La fin de l'analyse : Coupure et écriture du fantasme dans la clinique d'enfants

10:20 - 10:40 Belén Rico: El fin de análisis y los imaginarios de eternidad / La fin de l'analyse et les imaginaires d'éternité

10:40 - 11:00 América Espinosa: Transferencia y fin de análisis / Transfert et fin d'analyse

11:00 - 11:20 André Michels: Del nombre en el final de la cura o la letra en su relación al tiempo / Du nom en fin de cure ou la lettre dans son rapport au temps

11:20 - 11:40 Intervención del público / Intervention du public 

 

11:40 - 12:00 Pausa / pause

 

12:00 - 12:30 Clausura de las jornadas / Clôture des journées :

Graziella Baravalle,  Presidenta de la Fundación Europea para el Psicoanálisis (FEP)

 

12:30 FIN

 



Tschann Libraire & les Editions Jean-Jacques Pauvert  
125 Boulevard du Montparnasse – Paris 6e

Dimanche 7 février de 16h à 18h
Présentation du nouveau livre de Gérard Pommier

Féminin, révolution sans fin
 
Ce livre sera présenté par Catherine Millot et Jacqueline Schaeffer.
Les débats seront animés par Alain Vanier.
 
La femme n’est jamais tant chantée et célébrée par les poètes, de Pétrarque à Nerval, de Maurice Scève à Novalis, que lorsqu’elle est inaccessible, idéalisée, absente, ou même morte. En revanche, quand des femmes bien vivantes descendent dans la rue et prennent une part active à la Révolution française, les historiens n’en parlent guère. Les seins nus parmi les plus célèbres de l’histoire de la peinture ne sont pas ceux d’une femme mais ceux d’une allégorie, La liberté guidant le peuple.
Objet de désir, et de ce fait facteur de désordre, le féminin est refoulé. Souvent, aussi, par les femmes elles-mêmes. Impossible à éradiquer, il est savamment éloigné et rêvé, paré, voilé, ou fantasmé. Toutes les sociétés humaines, patriarcales à de rares exceptions près, mythifient la féminité pour mieux la tenir à distance. Maintenir l’ordre est une fonction d’homme.
Pourtant, engendré par le désir, le désordre lui-même, et tout ce qu’il draine avec lui de remises en question, est aussi un facteur d’évolution. A ce titre, le féminin n’est-il pas le ferment anticulturel de ce qui sera finalement un progrès? L’histoire, cette fois, ne s’y est pas trompé : partout où l’oppression subie par les femmes s’atténue, les hommes eux-mêmes sont plus libres.
Comme si le tableau de Delacroix était moins classiquement allégorique qu’authentiquement visionnaire : qui songerait à représenter la liberté sous des traits masculins ?
Le psychanalyste Gérard Pommier offre ici un essai singulier, une exploration littéraire et politique de la féminité, dans ce qu’elle a de moins domesticable et de plus séditieux.

En librairie le 1er février 2016

 


Jean-Pierre Lebrun et Nicole Malinconi 
L'altérité est dans la langue
 
Psychanalyse et écriture
ED Erès Humus 2015
 
Discutants :  Arlette Pellé,  Gorana Bulat-Manenti, Roland Chemama

Samedi 28 novembre salle 11 1er étage de 14h30 à 17heures
 
IPT 83 Bd Arago 75014 Paris

 
 


 

Fondation Européenne pour la Psychanalyse

Espace Analytique 

 

Sala Alessandrina Archivio di stato Corso Rinascimento 40 Roma

 

Convegno internazionale su La Psicanalisi e l’Arte

Roma 9 e10 ottobre 2015

Forum international sur La psychanalyse et l'art

Rome 9 et 10 octobre 2015

 

Promotori – Organisateurs:

Luigi Burzotta, Christian Hoffmann, Giuseppe Modica et Alain Vanier

 

Dans la première réunion des organisateurs, le peintre Giuseppe Modica  a proposés comme sous-titre les mots : imaginaire, invisible et indicible ; terne qui, tout en évoquant pour nous des concepts longuement élaborés par Lacan, même d’après Merleau Ponty, selon lui, c’est à dire dans sa pratique de peintre, ce sont de mots qui disent les coordonnées qui président à toute production de l’art et en gardent aussi le coté du mystère de l’imprévisibilité et de la versatilité.

Pour nous analystes, en glissant sur les éclairants commentaires de Jacques Lacan dédiés aux tableaux de plusieurs peintres dans son Séminaire et pour me limiter seulement à mentionner Les Ambassadeurs de Holbein (1964), Las Meninas de Velasquez (1966)  ou la Sainte Teresa de Bernin, je voudrais rappeler ce qu’il a dit dans le séminaire Les non - dupes errent le 9 avril 1974:

… comme l’a fait remarquer depuis longtemps Platon, il n’est pas du tout forcé, il est même préférable que le poète ne sache pas ce qu'il fait. C'est ce qui donne à ce qu'il fait sa valeur primordiale et devant quoi il n'y a vraiment qu'à courber la tête.

Je veux dire que si on peut faire une certaine analogie, enfin une certaine homologie, disons… (mais avec, pour le mot homo, ce sens approximatif qui est celui que je vous ai déjà souligné tout à l'heure)... une certaine homologie entre ce qu'on a comme œuvres de l’art et ce que nous recueillons dans l’expérience analytique, interpréter l’art, c'est ce que Freud a toujours écarté, toujours répudié. Ce qu'on appelle psychanalyse de l’art, c'est encore plus à écarter que la fameuse psychologie de l’art, qui est une notion délirante. De l’art, nous avons à prendre de la graine. A prendre de la graine pour autre chose, c'est-à-dire, pour nous, en faire ce tiers qui n'est pas encore classé ; en faire ce quelque chose, qui est accoté à la science, d'une part, et qui prend de la graine de l’art de l’autre. Et j'irai même plus loin: qui ne peut le faire que dans l’attente de devoir à la fin donner sa langue au chat. C’est ce que fait dernièrement (La psychanalyse) Moustapha Safouan  avec La jeune femme au miroir de Bellini et Vénus au Miroir de Velasquez pour dire que le féminine ne saurait être capté par aucun miroir.

Comité scientifique :

Accademia Belle Arti Roma, Graziella Baravalle, Luigi Burzotta, Carla Cerati, Roland Chemama, Muriel Drazien, Marcello Fagiolo dell’Arco, Christian Hoffmann, Cristina Jarque, Eugenio Lo Sardo, Gorana Manenti, Giuseppe Modica, Massimo Onofri, Pierluigi Pirandello, Gérard Pommier, Moustapha Safouan, Claudio Strinati, Alain Vanier, Johanna Vennemann

 

Traduction simultanée français italien

Les intervenants sont prié d’envoyer leur texte, 1700 (mille sept cents) mots au maximum, en langue français ou bien italienne, avant le 25 septembre, à l’adresse : luigi.burzotta@live.it

 

Vendredi 9 octobre  

9h00 Inscriptions  

 

Ore 10h00 Fonction spéculaire et structure

Luigi Burzotta, Roma

L’échec du miroir. La structure et la fonction spéculaire dans Fausto Pirandello et Giuseppe Modica :

Hypothèse d’une table ronde sur la prospective avec 

Claudio Strinati, Roma

Mario Perniola, Roma

Giuseppe Modica, Roma

 

11h00 DEBAT

 

Vendredi 9 octobre

PRESIDENT : ALAIN VANIER

11h30 Ars et érotisme

Muriel Drazien, Roma

L’origine du monde

Graziella Baravalle, Barcelona

Habillé en femme, Hercule à la cour d’Omphale (Luca Granach…)

Jaume Claret, Barcelona

L'art du fétiche.

Eduardo Leal Cunha

De la pornographie à l'ars érotisa

12h30 DEBAT

 

Vendredi 9 octobre

15h00 Du visible et de l’invisible

PRESIDENT : GIUSEPPE MODICA

Annelisa Alleva, Roma

L'invisibilité de l'héros

Gabriele Simongini, Roma

Voir l'invisible: da Paul Klee a Vasco Bendini.

Duccio Trombadori, Roma

Les parados du visible

Marcello Fagiolo dell’Arco, Roma

Invisible e indicible: le miroir e le puits de l'anima

16h00 DEBAT

 

Vendredi 9 octobre

16h30 Le réel ?

PRESIDENT: JOHANNA VENNEMANN, Köln

Stéphane Thibierge

Questions psychanalytiques sur l'art et le réel

André Michels, Luxemburg

De l’art dans son rapport à la vérité et au réel

Ruggero Savinio, Roma

Présenter l'irreprésentable

17h15 : DEBAT

 

PAUSE

 

Vendredi 9 octobre

17h45 Le réel ?

PRESIDENTE: JOHANNA VENNEMANN, Köln

Carlo Albarello, Roma

Le retour du réel

Marielle David, Paris

« Le réel, la passe et l’architecture » Énigmatique!

Hélène Godefroy

Le réel dans l’art: Ron Mueck

18h30 DEBAT

 

Samedi 10 octobre

9h30 Pas seulement le figuratif

PRESIDENT : CRHISTINE DAL BON, Rome

Silvia Lippi, Paris

Lacan e la-dance

Gorana Manenti, Paris

"Drame sur toile": l'inconscient, lien indéniable entre le théâtre et la peinture?

Jean Jacques Moscovitz, Paris

Un apport du cinéma à la psychanalyse, tuche et dystuchia…L’image qui bouge et le signifiant.

Nabile Farès, Paris

Du sublime et de l’absence

10h30 DEBAT

 

11h00 PAUSE

 

Samedi 10 octobre

11h30 Les bords de la représentation

PRESIDENT : CLAUS D. RATH

Alain Vanier, Paris,

Ce qui reste

Esther Tellermann, Paris

Présentation et représentation

Christian Hoffmann, Paris

Esthétique

Alejandra Ruíz, Buenos Aires

Berni et la figuration du resto

12h30 DEBAT

 

Samedi 10 octobre

15h00 Le malaise et le trouble dans l’art

PRESIDENT : CHRISTIAN HOFFMANN, Paris

Philippe Abastado

La dépression chez les peintres italiens de la renaissance

Tiziana D’Acchille, Roma

La représentation de la figure du “fou” ne l'art dal XIII al XVII siècle: une lecture iconologique

Francesco Gallo Mazzeo 

Émotions et Disharmonies

Laura Kait, Barcelona

Tout noir

16h00 DEBAT

 

Samedi 10 octobre

16h30 Poiesis

PRESIDENT : GRAZIELLA BARAVALLE

Gérard Pommier, Paris

La poésie d’abord, fille du regard

Massimo Onofri

Hypothèse d’une histoire de la littérature italienne du vingtième siècle du point de vue des morts

Cosimo Trono, Paris

Les Pirandello, “Un père il en faut un à tout prix"

17h15 DEBAT

 

PAUSE

 

Samedi 10 octobre

17h45 Le mystère et l’art

PRESIDENT : GRAZIELLA BARAVALLE

Didier Lauru

Quand le sublime rentre dans l’analyse

Silvia Yankelevich, Madrid

De la peintura de Miguel Barceló en Mali… Le pais des sombras longes

Rosa Navarro, Barcelona

Question d’aller trop loin

18h30 DEBAT

 

 

Inscription au Forum sur place : 70,00 euro. Pour les membres, soit de la Fondation Européenne pour la Psychanalyse soit d’Espace Analytique, et pour les Intervenants : 60,00 euro; pour les étudiants : 30,00 euro

 

Nella prima riunione dei promotori, il pittore Giuseppe Modica ha proposto come sottotitolo le parole: immaginario, invisibile e indicibile, terna che, pur evocando per noi dei concetti a lungo elaborati da Lacan, anche sulla scorta di Merleau Ponty, secondo lui, vale a dire nella sua pratica di pittore, si tratta di parole che enunciano le coordinate che presiedono a ogni produzione dell’arte e ne custodiscono anche il lato del mistero, dell’imprevedibilità e della versatilità.

Per quello che riguarda noi analisti, sorvolando sui commenti illuminanti dedicati da Jacques Lacan nel suo Seminario ai dipinti dei vari pittori, e limitandomi soltanto a menzionare quelli su Gli Ambasciatori di Holbain e Las Meninas di Velasquez o la Santa Teresa del Bernini, vorrei ricordare quello che egli ha detto nel suo Seminario del 9 aprile 1974, Les non - dupes errent:

… Come in tempi da noi lontani l’ha fatto notare Platone, non è per niente obbligatorio, è anzi preferibile che il poeta non sappia ciò che fa. È questo a dare il suo valore primordiale a ciò che egli fa e innanzi al quale veramente non ci resta che chinare la testa.

Voglio dire che se si può fare una certa analogia, trovare infine una certa omologia (uomo-logia mi si permetta di dire), tra ciò che si ha come opere dell’arte e ciò che noi raccogliamo nell’esperienza analitica, interpretare l’arte, è ciò che Freud ha sempre rifiutato, sempre ripudiato. Ciò che si chiama psicanalisi dell’arte, è ancor più da respingere della famosa psicologia dell’arte, è una nozione delirante. Dell’arte noi dobbiamo trarre esempio. Prenderla a modello per un’altra cosa, vale a dire per noi, farne quel terzo che non è ancora catalogato; farne quel qualcosa che da una parte è accostato alla scienza e che, dall’altra, prende a modello l’arte. Andrei anche oltre, che può farlo solo nell’attesa di dover infine rinunciare a capire.

Come fa ultimamente (La psicanalisi) Moustapha Safouan con La giovane allo specchio di Bellini e Venere allo specchio di Velasquez per dire che il femminile non si lascia catturare da specchio alcuno.

 

Comitato scientifico:

Accademia Belle Arti Roma, Graziella Baravalle, Luigi Burzotta, Carla Cerati, Roland Chemama, Muriel Drazien, Marcello Fagiolo dell’Arco, Christian Hoffmann, Cristina Jarque, Eugenio Lo Sardo, Gorana Manenti, Giuseppe Modica, Massimo Onofri, Pierluigi Pirandello, Gérard Pommier, Moustapha Safouan, Claudio Strinati, Alain Vanier, Johanna Vennemann

 

Traduzione simultanea italiano francese

I relatori sono pregati di inviare il loro testo in lingua italiana oppure francese entro il 25 settembre. I testi non devono superare le 1700 (millesettecento) parole, da inviare al seguente indirizzo: luigi.burzotta@live.it

 

Venerdì 9 ottobre

Ore 9,00 Iscrizioni

Ore 10,00 Funzione speculare e struttura

Luigi Burzotta, Roma

Lo scacco dello specchio. La struttura e la funzione speculare in Fausto Pirandello e Giuseppe Modica:

Ipotesi di una tavola rotonda su La prospettiva, con

Claudio Strinati, Roma

Mario Perniola, Roma

Giuseppe Modica, Roma

Ore 11,00 DIBATTITO

Venerdì 9 ottobre

PRESIDENTE: ALAIN VANIER, Paris

Ore 11,30 Arte ed erotismo

Muriel Drazien, Roma

L’origine del mondo

Graziella Baravalle, Barcelona

Travestito da donna, Ercole alla corte d’Onfale (Luca Granach…)

Jaume Claret, Barcelona

L'arte del feticcio

Eduardo Leal Cunha

Dalla pornografia all’arte erotica

ORE 12,30 DIBATTITO

Venerdì 9 ottobre

 

0re 15,00 Il visibile e l’invisibile

PRESIDENTE: GIUSEPPE MODICA, Roma

Annelisa Alleva, Roma

L'invisibilità dell'eroe

Gabriele Simongini, Roma

Vedere l'invisibile: da Paul Klee a Vasco Bendini.

Duccio Trombadori, Roma

I paradossi del visibile

Marcello Fagiolo dell’Arco, Roma

Invisibile e indicibile: lo specchio e il pozzo dell'anima

Ore 16,00 DIBATTITO

 

Venerdì 9 ottobre

PRESIDENTE: JOHANNA VENNEMANN, Köln

Ore 16,30 Il reale?

Stéphane Thibierge, Paris

Questioni psicanalitiche sull'arte e il reale  

André Michels, Luxemburg

L’arte nel suo rapporto con la verità e il reale

Ruggero Savinio, Roma

Presentare l'irrappresentabile

ORE 17,15 DIBATTITO

PAUSA

 

Venerdì 9 ottobre

Ore 17,45 Il reale?

PRESIDENTE: JOHANNA VENNEMANN, Köln

Carlo Albarello, Roma

Il ritorno del reale

Marielle David, Paris

“Il reale, la passe et l’architettura” Enigmatico!

Hélène Godefroy

Il reale nell’arte: Ron Mueck

Ore 18,30 DIBATTITO

 

Sabato 10 ottobre

Ore 9,30 Non solo figurativo

PRESIDENTE: CRHISTINE DAL BON

Silvia Lippi, Paris

Lacan e la-danza

Gorana Manenti, Paris

"Dramma su tela": l'inconscio, legame innegabile tra il teatro e la pittura?

Jean Jacques Moscovitz, Paris

Un apporto del cinema alla psicanalisi, tuche et dystuchia. L’immagine in movimento e il significante

Nabile Farès, Paris

Il sublime et l’assenza

ORE 10,30 DIBATTITO

 

ORE 11,00 PAUSA

 

Sabato 10 ottobre

Ore 11,30 I bordi della rappresentazione

PRESIDENTE: CLAUS D. RATH

Alain Vanier, Paris                                                                                     

Ce qui reste

 

Esther Tellermann, Paris

Presentazione et rappresentazione

Christian Hoffmann, Paris

Estetica

Alejandra Ruíz, Buenos Aires

Berni e la figurazione del resto

Ore 12,30 DIBATTITO

 

Sabato 10 ottobre

Ore 15,00 Disagio e turbamento nell’arte

PRESIDENTE: CHRISTIAN HOFFMANN

Philippe Abastado

La depressione nei pittori italiani del rinascimento

Tiziana D’Acchille, Roma

La rappresentazione della figura del “matto” nell'arte dal XIII al XVII secolo: una lettura iconologica

Francesco Gallo Mazzeo, Roma 

Emozioni e Disarmonie

Laura Kait, Barcelona

Tutto nero

ORE 16 DIBATTITO

 

Sabato 10 ottobre

Ore 16,30 Poiesi

PRESIDENTE: GRAZIELLA BARAVALLE

Gérard Pommier, Paris

Prima la poesia, figlia dello sguardo

Massimo Onofri

Ipotesi di una storia della letteratura italiana del Novecento vista dal punto di vista dei morti

Cosimo Trono, Paris

I Pirandello, “Un padre, ce ne vuole uno a ogni costo"

 

PAUSA

 

Sabato 10 ottobre

Ore 17,45 Mistero e arte

PRESIDENTE: GRAZIELLA BARAVALLE

Didier Lauru

Quando il sublime entra nell’analisi

Silvia Yankelevich, Madrid

La pittura di Miguel Barceló nel Mali… Il paese dalle ombre lunghe

Rosa Navarro, Barcelona

Questione di andare troppo lontano

Ore 18,30 DIBATTITO

 

L’iscrizione al Convegno avviene tramite pagamento sul posto di euro 70,00; di euro 60,00 per i membri della Fondation Européenne pour la Psychanalyse, per quelli di Espace Analytique e per i Relatori; di euro 30,00 per gli studenti.

 

Secrétariat général Segreteria generale

Gianpiero Belli g.belli04@libero.it

 

Coordinateurs et responsables de salle Coordinatori e Responsabili di sala

Blanca Sofia Bresani

Valentina Bellini

 



LA NOCIÓN DE DISCURSO EN PSICOANÁLISIS

2015-2016

Hoy en día la palabra discurso es de uso corriente, tanto dentro como fuera del ámbito psicoanalítico, en el sentido habitual que le otorga el diccionario: un conjunto de palabras con el que alguien expresa lo que piensa o siente, en ocasiones con fines persuasivos.
Cabe recordar que fue Jacques Lacan quien la introdujo en psicoanálisis indicando al comienzo que "el discurso es el discurso del Otro", y llegando a plantear más tarde una lógica de los discursos, que diera cuenta de la articulación de la inscripción del sujeto en el significante, con el goce que ella implica.

Abordaremos estas cuestiones tomando como hilo conductor el Seminario El envés en psicoanálisis, y otros textos del citado autor.

 
Con la participación de: Graziella Baravalle, Verónica Bogao, Jaume Canal, Rithée Cevasco, Marcelo Edwards, Laura Frucella, Laura Kait, Mariana Leibner, Alejandra Quintas, María Eugenia Russo, Silvia Saskyn y Anna Tenza.
 
Se llevará a cabo quincenalmente los días miércoles de 20 a 21:30 hs., desde el 7 de Octubre de 2015 al 15 de Junio de 2016 en Aetna, Av. Diagonal 449, 4º- Barcelona.
Precio total: 180 euros.

Organizan: Graziella Baravalle y Marcelo Edwards.
 
 
INFORMACIÓN
 
626-163-143 y 686-346-019
 
Seminario auspiciado por la FUNDACIÓN EUROPEA PARA EL PSICOANÁLISIS

 


 Fondation européenne pour la psychanalyse

 

LONDRES

18 – 20 septembre 2015

September 18-20, 2015

 

COLLOQUE

Bloomsbury House

2 – 3 Bloomsbury Square

London. WCi 2RL

 

PERVERSION ET MODERNITE

PERVERSION NOW

*******

Responsables du colloque / Symposium organizers

Hélène Godefroy, Diana Caine

 
Comité d’organisation / Steering Committee 

Gorana Manenti, Gérard Pommier, Hephzibah Rendle-Short, Kristina Valendinova.
 

Comité scientifique / Scientific Committee

Graziella Baravalle, Nestor Braunstein, Luigi Burzota, Diana Caine, Roland Chemama, Xavier Fourtou, Hélène Godefroy, Christian Hoffmann, Gyorgi Koman, Monique Lauret, Gorana Manenti, Gérard Pommier, Hephzibah Rendle-Short, Kristina Valendinova, Alain Vanier, Laure Westphal, Anne Worthington, Colin Wright.

 

Le déni de la castration serait-il désormais banalisé ?

Ce colloque européen compte en effet interroger le rapport que notre modernité (envisagée ici dans sa dimension interculturelle) entretient avec la question de la perversion. Cette rencontre souhaite proposer un débat autour d’un point théorique pris à partie par le discours social en mutation.

En effet, le terme de « perversion » que nous attribuons aujourd’hui, à l’endroit de la clinique, est-il bien en adéquation avec la perversion que Freud décrivait en 1905 dans ses Trois essais ? Qui plus est, détient-il, pour chaque culture, le même sens ?

Autrement dit, du fait d’une répression du désir nettement atténue, une confusion des langues ne se serait-elle pas intercalée au sein même du statut psychique de la perversion ?

Car, de nos jours, en quoi consiste la transgression ? Le sujet serait-il réellement plus enclin à transgresser qu’autrefois ? Notre civilisation occidentale opère, il est vrai, des changements idéologiques et technologiques, qui mettent à l’épreuve les bornes du symbolique, et avec lui, la fonction phallique et son corolaire d’invariants structuraux. Et de fait, nous ne pouvons que constater l’émergence de phénomènes nouveaux : des formes de symptôme inédites, des comportements sexuels affranchis, un désir saturé par la jouissance immédiate de l’objet toujours nouveau et accessible, une conversion des liens sociaux, conjugaux et parentaux, etc.. Or, quelles conséquences cette mutation sociale peut avoir sur l’idée de la perversion et sa praxie ?

La mouvance culturelle envisagerait-elle de prendre, pour autant, le pas sur la structure ? Depuis que l’effondrement des prérogatives patriarcales a fait vacillé le discours culturel à propos de la fonction paternelle, la différence des sexes serait-elle remise en cause, de même que les rapports entre les générations, si ce n’est la subjectivité elle-même ? La pensée psychanalytique a-t-elle à se résoudre à penser désormais la « perversion », et son rapport à la Loi, différemment de ce qui l’origine à partir de son point nodal agencé par le complexe d’Oedipe ?

Et, par conséquent, du point de vue structural, avons-nous, dès lors, à observer et admettre, une prévalence de la jouissance sur le désir ?

 

Has denial of castration become commonplace ? This conference will interrogate the relation between contemporary culture (considered here also from an intercultural perspective) and the question of perversion. The focus will be on a concept that is being challenged by a changing social discourse. Namely, is the term ‘perversion’ as it is used in the clinic today, consistent with the ‘perversion’ Freud described in 1905 in his ‘Three essays’? Further, how is the tern ‘perversion’ understood in different cultures? If there is less repression of desire today, does that lead to a confusion in how we speak about perversion as a psychic status and as a practice ?

What constitues transgression today? Are people really more inclined to transgress now than formerly ? Contemporary Western civilisation seems to be subject to ideological and technological changes which test the limits of the symbolic, and with it, the phallic function and its correlative structural invariants. Indeed, the emergence of new phenomena is evident : hitherto unseen symptoms, unfettered sexual behaviour , desire saturated by the immediate jouissance of the always new and accessible object, a transformation of social, conjugal and parental, etc. relations. What are the consequences of these social mutations for the idea of perversion and its praxis ?

Could these cultural shifts be considered to override psychic structure? Since the breakdown of patriarchal rights has produced a vacillation in cultural discourse as regards the paternal function, should the difference between the sexes be re-examined, no less than the relation between generations, indeed subjectivity itself ? Has psychoanalytic thought to resolve to think differently about ‘perversion’ and its relation to the Law, differently from what was laid out at the beginning, starting from the nodal point of the oedipal complex ?

And, from the structural point of view, must we consequently observe and admit to a prevalence of jouissance over desire ?

 

PROGRAMME / PROGRAM
 
 
 
Vendredi / Friday  18/09/2015
 
16h : Introduction : Diana Caine, Gérard Pommier
Présentation : Xavier Fourtou, Hephzibah Rendle-Short, Hélène Godefroy
 
16h30  à  18h : Structure et perversion / Structure and perversion
 
Présidente de séance / Chair : Gorana Manenti
Xavier Fourtou, Pervers, le "Professeur"? /  Perverse, the ‘Professor’? 
Patrick Landman, De la hiérarchie des désirs à l'équivalence des jouissances? / From the hierarchy of desires to the equivalence of ‘jouissances’
Izabel Szpacenkopf, La logique du déni dans la production des subjectivités dans le monde contemporain / The logic of denial in the production of subjectivites in the contemporary world'
 
18h :    Pause / Break
 
18h30  à  20h :   Structure et perversion (suite) / Structure and perversion (cont.)
 
Président de séance / Chair : Darian Leader
Hélène Godefroy, La perversion depuis Freud ? / Perversion since Freud ?
Astrid Gessert, En explorant la transgression d’un perspective Lacanienne / Exploring transgression from a Lacanian perspective
Jean-Claude Aguerre, « La pianiste » / ‘The pianist’

20h15  Cocktail de bienvenue / Drinks reception - College Arms, 18 Store St, Bloomsbury
            All welcome


 
Samedi / Saturday  19/09/2015
 
 
9h30  à  11h : Clinique de la perversion / Clinic of perversion
 
Présidente de séance / Chair : Anouchka Grose
 
Estela Welldon, Pas un tabou : comment comprendre la perversion féminine en maternité / No Longer a Taboo: Understanding Female Perversion in Motherhood
Gorana Manenti, Perversion et perversité dans la vie amoureuse moderne : clinique / Perversion and perversity in contemporary love : clinical
Ian Parker, Récits de perversion dans le temps de la clinique psychanalytique / Narratives of Perversion in the Time of the Psychoanalytic Clinic.
 
11h :  Pause / Break

11h30  à  13h : La Perversion : C’est quoi ? / Perversion : What is it ?
 
Président de séance / Chair : Patrick Landman
 
Diana Kamienny, Ni perte ni deuil mais la perversion / Neither loss nor mourning but perversion
Dany Nobus, Les désordres paraphiliques dans le DSM-5 : un compte rendu critique /Paraphilic Disorders in the DSM 5 : A Critical Rewiew
Gérard Pommier, Perversion : Face Freud, Pile Lacan / Perversion : Heads Freud, tails Lacan
13h :  Déjeuner / Lunch
 
14h30   à  16h30 : Formes contemporaines du Symptôme / Contemporary for of the symptom
 
Président de séance / Chair : Dany Nobus
 Roland Chemama, Quelques remarques sur l’idée de perversion ordinaire /  Some remarks on the idea of ordinary perversion
 Anne Worthington, Perversion et modernité / Perversion Now
Arlette Pelé, Théorie queer, différence sexuelle et Perversion / Queer theory, sexual difference and perversion
Monique Lauret, Le discours sectaire, forme de perversion en acte dans notre modernité / Sectarian discourse, a form of perversion in action in the contemporary world 
 
16h30 :  Pause / Break
 
17h à 18h : …Depuis Sade / …From Sade
 
Président de séance / Chair : Roland Chemama
 
André Michels, Qu'est-ce que Sade nous enseigne sur le corps et la loi ? /  What does Sade teach us about the body and the law ?
Colin Wright, La perversion et la loi : De Sade au cas Spanner et au-delà / Perversion and the Law : From Sade to Spanner Case and Beyong
 
 
Dimanche / Sunday   20/09/2015
 
9h30   à   11h :     La perversion et ses stratégies / Perversion and its stratégies
                        
Président de séance / Chair : Ian Parker
 
Zeljka Matijasevic, L’humain vs la mécanique dans le Séminaire 2 de Lacan : stratégies fétichistes /  Human vs mechanical in Lacan's second seminar : fetishistic Stratégies
Marielle David, L'objet transitionnel et la modernité du Réel  /  The transitional object and the modernity of the Real
Ariana Cziffra, Maux d’ici et d’ailleurs : effets pervers du post-colonialisme ou question de structure ? /  Wor(l)ds apart : perverse effects in postcolonial times or a question of structure?
 
11h :   Pause / Break

11h30  à  13h :    Sublimations de la perversion / Sublimation of perversion
 
Président de séance / Chair : Alain Vanier
 
Luigi Burzotta, Perversion et sublimation / Perversion and sublimation
Michael Newman, Le joint à rotule et l’anagram : Perversion et Jouissance in Hans Bellmer /The Ball-joint and the Anagram : Perversion and Jouissance in Hans Bellmer
Ed Robins, Mise en scène de la souffrance : Le jeu de regard fixe du vol 9525 / Staging Suffering: Flight 9525's Game for the Gaze
 
13h : Conclusions : Alain Vanier
 
 
Personnes à contacter pour toutes informations // For further information
 

Paris :  Hélène Godefroy   helene-godefroy@orange.fr
London :  Diana Caine   dianacaine@btinternet.com
 
 
Frais d’inscription // Registration Fees
 

80 € / 80 £
60 € (membres de la Fondation Européenne pour la Psychanalyse)
30 £ / 30 € (étudiants / students)

L'inscription peut se faire sur place.

 

 
 

COLLOQUE

« Nouveautés de la prise en charge des psychoses »

à Saint-Pétersbourg, les 26, 27 et 28 juin 2015

Le colloque de Saint-Pétersbourg a l'ambition de permettre aux analystes, psychiatres et psychologues cliniciens de mettre en discussion leur expérience analytique et celle des pratiques institutionnelles (en France et en Russie) afin d’interroger les approches psychanalytiques du travail avec les psychoses. Elle aidera à esquisser les coordonnées contemporaines de la création des espaces partagés répondant aux principes éthiques, théoriques et pratiques. Comme l'a écrit Lacan dans le Séminaire III : "Le psychanalyste ne doit pas reculer devant la psychose". Ce repère impose un dialogue entre la psychanalyse et la psychiatrie.

Aujourd’hui, à l’époque de l’hégémonie du DSM et de la pharmacologie dans le domaine médical le rappel de la singularité du sujet et de la logique unique du cas clinique prend plus que jamais de l’importance. D’où l’actualité du travail à l’intersection de la psychiatrie et de la psychanalyse pour la création de tableau clinique du sujet psychotique en souffrance.

Intervenants :

Gorana Bulat-Manenti, Guy Dana, Olivier Douville, Patrick Landman, Silvia Lippi,
Viktor Mazin, Jean-Jacques Moscovitz, Gérard Pommier, Yulia Popova,
Dominique Tourrès-Landman, Laure Westphal, Aiten Yuran, Elena Zagoskina


Comité d’organisation :

O. Limankin (Saint-Pétersbourg), E. Zagoskina (Saint-Pétersbourg), G. Pommier (Paris), Y. Popova (Paris), L. Westphal (Paris), G. Bulat Manenti (Paris), N. Shapkina (Saint-Pétersbourg), A. Yuran (Saint-Pétersbourg), S. Babin (Saint-Pétersbourg)


Secrétariat d’organisation : Yulia Popova et Elena Zagoskina

Programme

 

26 Juin

Lieu : Musée de rêves de Sigmund Freud, Institut Est-Européen de la Psychanalyse (Adresse : Bolchoï prospekt Petrogradskoi storoni, 18 A, Saint-Pétersbourg)

 

17.00 – 17.30 : Accueil des participants

17.30 – 21.00 :

« Présentation de la machine à influencer », Viktor Mazin

« Arthur Bispo do Rosario : prendre vie dans une métaphore délirante », Silvia Lippi

« Ceci est mon Corps… » de la fonction du nom propre chez Vélimir Khlebnikov, Y. Popova

« Sur l’objet voix dans la psychose », Aiten Yuran

«  Becket et Bion : les figures de transfert dans la psychose », Nina Savtchenkova

« La psychose et la topologie », Valentin Babitchenko

 

27 Juin

Lieu : Hôpital psychiatrique de Saint-Pétersbourg N°1 P.P.Kaschenko (Adresse : Gatchinski rayone, Nikolskoye)

 

9.00 – 10.30 : Accueil des participants

10.30 – 11.00 : Ouverture, Oleg Limankin, Serguei Babin, Natalia Petrova

11.00 – 12.30 : Modérateurs : P. Landman et V. Mazin

« Positivité de la psychose », Gérard Pommier

« L’écoute diagnostique face à une émergence de psychose chez un sujet », J.-J. Moscovitz

« Au delà de la règle fondamentale », Guy Dana

 

12.30 – 13.00 : Pause

 

13.00 – 14.00 : Modérateur : O.V. Limankin

« L'atelier d'écriture en service de psychiatrie », Laure Westphal

« Le sujet psychotique en analyse : quelle efficacité clinique ? », Gorana Bulat Manenti

14.00 – 14.30 : Pause

14.30 – 15.30 : Modérateurs : Eléna Zagoskina, Aiten Yuran

« Actualité dans la clinique des psychoses chez l’enfant », Dominique Tourrès-Landman

« Sur l’éclosion psychotique à l’adolescence », Olivier Douville

 

15.30 – 16.00 : Table ronde : Initiative pour une Clinique du Sujet STOP DSM                                     P. Landman, G. Pommier, D. Tourrès-Landman, O. Douville, G. Dana

 

17.00 : Dîner convivial (à la propriété Sivoritskaya)

 

P.S. : le 27 juin, le transfert des participants jusqu’au lieu du colloque se fait au pied de la station de métro « Moskovskaya » (rue Altaïskaya) à 9 h. Transfert de retour : 19.00.


 

 

 

COLOQUIO / COLLOQUE

FONDATION EUROPÉENNE POUR LA PSYCHANALYSE

 
MADRID 2015

 
del 15 de mayo 14 horas a 17 de mayo 14 horas

 
du 15 mai 14 h à 17 mai 14 h

 
Fundación Ortega Marañón

Calle de Fortuny 53, 28010, Madrid

 
ANGUSTIA Y PERVERSIONES / ANGOISSE ET PERVERSIONS

 
Para el psicoanálisis el tema de las perversiones es inherente a la sexualidad humana.

Freud sostuvo que la neurosis es el negativo de la perversión, que el neurótico fantasea lo que el perverso actúa. Lacan lo refrendó diciendo que el fantasma que habita al neurótico es perverso.

Para el psicoanálisis actual lo que está en juego es saber la diferencia que existe en la manera de gozar del sujeto del inconsciente. La clínica psicoanalítica muestra que en la neurosis el goce se expresa en la queja, el sufrimiento y el síntoma, y que el sujeto neurótico se siente avergonzado cuando tiene que reconocerse a sí mismo como sujeto gozante. El sujeto perverso en cambio, no se avergüenza del goce porque vive para el goce, en él, el deseo es voluntad de goce. La manera en la que el sujeto perverso se posiciona frente al goce generalmente produce un enigma que tiene relación con la emergencia de la angustia. Este coloquio tiene como objetivo reflexionar y analizar (desde el punto de vista del psicoanálisis) estos temas tan importantes como actuales.

Angustia y Perversiones, es un tema inagotable porque los límites entre la fantasía y el acto son borrosos, entre el deseo y el goce. En este coloquio pretendemos explorar la tierra de nadie (o de todos) que los separa.

 

Pour la psychanalyse les perversions font partie intégrante de la sexualité humaine.

Freud a soutenu que la névrose est le négatif de la perversion, il a dit que le sujet névrosé fantasme là où le sujet pervers passe à l’acte. Lacan a ratifié cela en disant que le fantasme qui habite le névrosé est pervers.

Pour la psychanalyse d'aujourd'hui il s'agit de savoir la différence qu'il y a entre les diverses façons de jouir du sujet de l'inconscient. La clinique psychanalytique montre que dans la névrose la jouissance est dans la plainte, la souffrance et le symptôme, et que le sujet névrosé a honte de sa propre jouissance. Par contre le sujet pervers n'a pas honte parce qu'il vit pour la jouissance ; en lui, le désir est volonté de jouissance. La façon dont le sujet pervers agit produit généralement une énigme qui a un rapport avec l'émergence de l’angoisse. Ce colloque a pour objectif de réfléchir et d'analyser ( du point de vue de la psychanalyse ) ces thèmes aussi importants qu’actuels.

Angoisse et perversions est un sujet inépuisable parce que les limites entre le fantasme et l'acte sont des limites troubles, entre le désir et la jouissance. Dans ce colloque nous souhaitons explorer la terre de personne (ou de tous) qui les sépare.

 

Comité científico del coloquio / Comité scientifique du colloque :

Graziella Baravalle, Gorana Bulat-Manenti, Lola Burgos, Luigi Burzotta, Roland Chemama, Marcelo Edwards, Estrella Fernández, Soledad Godano, Hèléne Godefroy, Alfonso Gómez Prieto, Christian Hoffmann, Cristina Jarque, Rosa Navarro, Gérard Pommier, Belén Rico

Comité de organización / Comité d'organisation :

Graziella Baravalle, Gorana Bulat-Manenti, Lola Burgos, Luigi Burzotta, Roland Chemama, Marcelo Edwards, Estrella Fernández, Soledad Godano, Alfonso Gómez Prieto, Cristina Jarque, Gorana Manenti, Rosa Navarro, Gérard Pommier, Belén Rico

 

Gestión:

- Cristina Jarque: cristinajarque@gmail.com

- Lola Burgos: lola_burgos@yahoo.es

- Estrella Fernández: estrella.fdez.romeralo@gmail.com

- Soledad Godano: msgodano@hotmail.com

- Alfonso Gómez Prieto: alfonso.gomezprieto@yahoo.es

- Belén Rico: marabelgom@gmail.com

 

Programa del coloquio / Programme du colloque

VIERNES 15 DE MAYO / VENDREDI 15 MAI

13:30 Recepción / réception

14:00 Apertura / ouverture: Rosa Almoguera (Directora de Programas Internacionales en la Fundación Ortega- Marañón)

14:15 Presentación / présentation: Graziella Baravalle y Cristina Jarque

14:30 Inauguración del Coloquio / Introduction au theme du colloque - Gérard Pommier

 

15:00 - 16:40 coordinador / modérateur : Gérard Pommier

15:00 - 15:20 Roland Chemama: ¿A qué angustia responde nuestra perversión corriente? / A quelle angoisse répond notre perversion ordinaire ?

15:20 - 15:40 Rosa Navarro: La angustia fuelle del deseo / L'angoisse soufflet du désir

15:40 - 16:00 Ahmed Bouhlal: La perversión del otro y la otra perversión / La perversion de l'autre et l'autre perversion

16:00 - 16:20 Alejandra Ruiz: Perversiones del sueño: padre e hijo en un tramo de análisis /  Perversiones du rêve : père et fils dans une tranche d'analyse

16:20 - 16:40 Intervención del público / Intervention du public

 

16:40 - 17:00 Pausa / Pause

 

17:00 a 18:40 coordinador / modérateur : Graziella Baravalle

17:00 - 17:20 Marcelo Edwards: ¿Qué definición para la perversión como estructura? / Quelle définition pour la perversion comme structure ?

17:20 - 17: 40 Silvia Saskyn: Perversión: ¿estructura o método? / Perversion : structure ou méthode ?

17:40 - 18:00 Arlette Pellé: Tirar el ancla sin brújula / Jeter l'ancre sans boussole

18:00 - 18:20 Soledad Godano: Clínica de una pervesa angustia: 14 de febrero día de los enamorados / Clinique d'une perverse angoisse : 14 Février le jour des amoureux 

18:20 - 18:40 Intervención del público / Intervention du public

 

18:40 a 19:00 Pausa / Pause

 

19:00 a 20:40 coordinador / modérateur : Cristina Jarque

19:00 - 19:20 Néstor Braunstein: Alain, Lacan y la novela objetivista / Alain, Lacan et le nouveau roman

19:20 - 19:40 Jaume Claret: Arte psicopático / Art psychopathique

19:40 - 20:00 Françoise Decant: "Goza mi bella, que no sabes lo que te espera"(Bella del Señor de Albert Cohen) / "Joue ma belle, tu ne sais pas ce qui t'attend" ( Belle du Seigneur. Albert Cohen )

20:00 - 20:20 Hervé Bentata: "En Santa madre, hijo perverso". O: ¿Cómo interrogar la perversión femenina? / "À Sainte mère, fils pervers". Ou: comment interroger la perversion au féminin?

20:20 - 20:40 Liliane Filipovic: La victoria del trastorno: Shakespeare y el fetichismo de la mercancía / La victoire du trouble: Shakespeare et le fétichisme de la marchandise 

 

20:40 - 21:00 Intervención del público / Intervention du public

 

21:00 FIN

 

 

SABADO 16 DE MAYO / SAMEDI 16 MAI

 

10:00 a 11:40 coordinador / modérateur : Luigi Burzotta

10:00 - 10:20 Christian Hoffman: Trastornos en la perversión / Trouble dans la perversion

10:20 - 10:40 Lola Burgos: Soberbia, angustia y perversiones / Orgueil, angoisse et perversions   

10:40 - 11:00  José Eduardo Tappan: Lo imposible y lo posible en la perversión : angustia de castración / L'impossible et le possible dans la perversion / l'angoisse de castration

11:00 - 11:20 Soledad de Castro: La otra mejilla / L'autre joue  

11:20 - 11:40 Intervención del público / Intervention du public

 

11:40 - 12:00 Pausa / pause

 

12:00 - 13:40 coordinador / modérateur : Lola Burgos

12:00 - 12:20 Laura Kait: Tiempo de madrastras / Temps des marâtres

12:20 - 12:40 Monique Lauret: Escenario perverso de una neurosis corriente / Scénario pervers d'une névrose ordinaire

12:40 - 13:00 Estrella Fernández: Perversión, angustia y maternidad / Perversion, angoisse et maternité 

13:00 - 13:20  Juan Carlos Muñoz: Desarrollo de la perversión en el sujeto / Développement de la perversion dans le sujet

13:20 - 13:40 Intervención del público / Intervention du public

 

13:40 a 16:00 COMIDA / DÉJEUNER

 

16:00 - 17:40 coordinador / modérateur : Roland Chemama

16:00 - 16:20 Rithée Cevasco: La fe del perverso / La foi du pervers

16:20 - 16:40 Cristina Jarque: La angustia del otro como condición exigida. (A partir de Nueve Semanas y Media de Adrian Lyne) / L'angoisse de l'autre comme condition exigée. (À partir de Neuf Semaines et Demie de Adrien Lyne)

16:40 - 17:00 Guy Dana: El litoral de goce / Le littoral de la jouissance

17:00 - 17:20 Hans Saettele: El fracaso del objeto a en la perversión / L'échec de l'objet a dans la perversion

17:20 - 17:40 Intervención del público / Intervention du public

 

17:40 a 18:00 Pausa / Pause

 

18:00 a 19:20 coordinador / modérateur : Marcelo Edwards

18:00 - 18:20 Luigi Burzotta: Angustia y perversión en la neurosis obsesiva / Angoisse et perversion dans la névrose obsessionnelle

18:20 - 18:40 Hèléne Godefroy: La perversión entre neurosis y psicosis / La perversion entre névrose et psychose

18:40 - 19:00 Laura Cevedio: Un desenlace perverso en una relación entragada / Le dénouement pervers d'une relation gâtée

19:00 - 19:20 Celia Palacios: La angustia del Dr. Jekyll ante la perversión del Sr. Hyde / L'angoisse de Dr. Jekyll devant la perversion de Monsieur Hyde

19:20 - 19:40 Intervención del público / Intervention du public

 

19:40 FIN

 

20:00 a 21:00 ASAMBLEA DE LA FEP /ASSAMBLÉE DE LA FEP

 

21:00 CENA / DINER

 

DOMINGO 17 DE MAYO / DIMANCHE 17 MAI

 

10:00 - 11:20 : coordinador / modérateur : Gorana Manenti

10:00 - 10:20 Aspasie Bali: La perversion y sus avatares / La perversion et ses avatars

10:20 - 10:40 Belén Rico: Lenguaje perverso como instrumento de manipulación social / langage pervers comme instrument de manipulation sociale

10:40 - 11:00 Gérard Pommier: ¿Por qué angustia la perversión? / Pour quoi la perversion angoisse-t-elle ?

11:00 - 11:20 Intervención del público / Intervention du public 

 

11:20 - 11:40 Pausa / pause

 

11:40 - 13:00 coordinador / modérateur : Rosa Navarro

11:40 - 12:00 Gorana Manenti: Fantasma y trauma en un caso de angustia al movimiento / Fantasme et trauma dans un cas d'angoisse de mouvement

12:00 - 12:20 Alfonso Gómez Prieto: Acondicionamientos perversos en las fronteras de la angustia / Conditionnements pervers aux frontières de l'angoisse

12:20 - 12:40 Graziella Baravalle: Angustia y "representación insoportable" / Angoisse et "représentation insupportable"

12:40 - 13:00 Intervención del público / Intervention du public

 

13:00- 13:30 Clausura de las jornadas / Clôture des journées : Graziella Baravalle, Presidenta de la Fundación Europea para el Psicoanálisis (FEP)

 

13:30 FIN

Informaciones prácticas
Renseignements pratiques 
El precio de inscripción al coloquio es de 80 euros, miembros de la Fundación 60 euros y para los estudiantes 10 euros, a pagar in situ.

Les  frais d’inscription au colloque sont de 80 euros, membres de la Fondation 60 euros, étudiants 10 euros, à régler sur place. 

Sugerencia PARA HOSPEDAJE Hotel Gran Versalles en Madrid hgv.comercial@hotelgranversalles.es

Calle Covarrubias 4, Madrid: 914-47-57-00

 

Proposition d'hébergement : Hôtel Gran Versalles à Madrid

Calle Covarrubias 4, Madrid : 914-47-57-00

Link http://www.hotelgranversalles.es/es/



 


 

Points de vue partagés sur la connaissance de l'humain : corps, langage, symptômes.

Vendredi 10 avril 2015

Campus de Jussieu - Amphithéatre Astier, Bâtiment Esclangon

UPMC - 4, place Jussieu, Paris

Avec le soutien de l'INSERM et de la Fondation Européenne pour la Psychanalyse

 

8h15 Accueil des participants
8h45 Présentation et ouverture : Evelyne Bloch-Gallego
(Directrice de Recherches INSERM, Institut Cochin et Arlette Pellé (Psychanalyste, FEP).

Session 1

Modérateurs : Evelyne Bloch-Gallego et Ahmed Bouhlal

* 9h Francis Eustache, Directeur de recherches en Neuropsychologie et neuroanatomie fonctionnelle mémoire (INSERM Caen). Unité de recherche U1077, Inserm, EPHE, Université de Caen/Basse-Normandie : "L’étude de la mémoire humaine et de ses troubles"
Discussion 9h30-9h50

 

*9h 50 Marie-Claude Monfrais-Pfauwadel, phoniatre, ORL (Univ. Louvain): "Quand la génétique bouleverse la nosologie : illustration par le cas du et des bégaiements"

*10h10 Gorana Bulat-Manenti, Psychologue clinicienne, Psychanalyste, Paris : "Corps biologique, corps psychique: quel lien?"

Discussion 10-30 -10h 50

                                                                                                                      Pause café

Session 2

Modérateurs : Roland Chemama et Sabine Colnot

*11h10 Corinne Moy, Psychopédagogue, Rééducatrice de l'Education nationale, formatrice à l'ESPE (Paris), rédactrice en chef de la revue professionnelle de la FNAREN, Dr en sciences de l’éducation : "L’aide rééducative à l’école : le corps en jeu dans une dynamique relationnelle et symbolique".

*11h30 Jacques Fradin, Directeur de l'IME, Comportementaliste et cognitiviste, (Paris) : "Émergence d'une thérapie neurocognitive"

Discussion 11h50-12h10

 

*12h10 Gérard Pommier, psychiatre, psychanalyste, Professeur en psychopathologie à l’Université Paris 7 : "Hypothèse sur la mémorisation des traces"

Discussion 12h30-12h45

Pause déjeuner 12h45-14h

Session 3

Modératrices : Arlette Pellé et Kathy Saada 

*14h  Jeanne Moll, Formatrice à l’Agsas (Association des groupes de soutien au soutien ou Balint pour enseignants), Dr en sciences de l’éducation : "Sensibiliser, dans le champ pédagogique, à la complexité de l’humain"

*14h20 Brigitte Aupiais (orthophoniste enfants, langage), (Hôpital de St-Maurice, 94) : "Coexistence de troubles neuropsychologiques et de troubles du comportement chez l'enfant. Quelle prise en charge?"

Discussion 14h40-15h

 

*15h-15h30 Edith Blanquet, psychologue clinicienne, philosophe, Gestalt thérapeute, (Toulouse): "Comment comprenons nous l’être humain : Sujet, subjectivation? Quelques conséquences quant à la posture de psychothérapeute".

Discussion : 15h30-15h50

                                                                                                                      Pause café

Session 4

Modératrice : Aspasie Bali

*16h15 Hélène Loevenbruck, Chargée de recherche CNRS en Langage et Cognition
Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition (CNRS UMR 5105), Grenoble : "Les neurosciences cognitives et les manifestations du langage intérieur"

*16h45 Hervé Chneiweiss, Pdt du comité d'éthique de l'INSERM et directeur de recherche en neurosciences (Laboratoire Neurosciences  Paris-Seine, Jussieu) : "Neurosciences et neuroéthique"

 Discussion -17h15-17h40

 

17h50-18h Conclusions et Perspectives Arlette Pellé et Evelyne Bloch-Gallego

 

 

 

PARUTION LE 20 FEVRIER 2015

Questions psychanalytiques

Moustapha Safouan, Christian Hoffmann

Editions Hermann

 
Ces entretiens avec Moustapha Safouan traitent de trois questions qui concernent la psychanalyse et sa place dans notre monde contemporain. Tout d'abord, il est question de la révision de l'OEdipe au regard de la théorie du désir de Lacan. Dès lors, la sexualité humaine s'oriente à partir d'un manque constituant les désirs féminin et masculin sans référence au sexe réel. La mutation de la famille est ensuite envisagée sous l'apport de la fonction paternelle qui est indépendante du patriarcat. En installant un manque dans l'être, cette fonction logique de la métaphore paternelle permet le choix d'un désir féminin ou masculin et répond au débat ouvert par l'anthropologie sur le constat qu'un enfant nécessite plus qu'une mère et un père. Lacan voulait que la psychanalyse soit une science alors que sa transmission ne l'est pas. D'où l'échec de la passe. Moustapha Safouan développe ce point dans la partie sur les organisations analytiques en reprenant la formation de l'analyste autour de la traversée du fantasme et du désir de l'analyste.


 

 

Fondation européenne pour la psychanalyse - Congrès de Rome, mai 2014

 

PROCES-VERBAL DE LA FONDATION EUROPEENNE POUR LA PSYCHANALYSE

 

Un nouveau bureau a été élu, composé de :

 

Graziella Baravalle, présidente

Roland Chemama, vice-président

Luigi Burzotta, secrétaire scientifique

Gorana Bulat-Manenti, secrétaire générale et trésorière

Cristina Jarque

 

 

Chers amis

Comme nous le faisons ordinairement je vous présente ici le rapport moral de notre Fondation.

Il serait impossible de commencer ce rapport moral sans évoquer la disparition, le 22 février 2013, de l’un des fondateurs de notre Fondation, Claude Dumézil, à la mémoire duquel ce Congrès est dédié. Nous devons à Bernard Brémond, principalement, l’organisation d’une journée d’hommage à Claude Dumézil, le samedi 12 octobre 2013, journée organisée en commun par le mouvement pourtour, le groupe d’étude du Trait du cas, Inten$ion psychanalytique, et la Fondation Européenne pour la psychanalyse. Il serait peu de dire que cette journée a été intéressante. Elle a permis aux nombreuses personnes présentes de mieux connaître différents aspects de la personnalité de Claude Dumézil et son engagement dans la psychanalyse. Et l’émotion n’était bien sûr pas absente.

J’en viens à présent à évoquer, de façon aussi suivie et complète que possible, notre activité durant les deux ans écoulés. Je dois dire tout de suite que par rapport au précédent rapport, que je vous avais présenté en juin 2012 à Barcelone, la préparation de ce rapport-ci m’a parue plus complexe. Cela d’abord pour une raison négative. Notre site, tel qu’il est organisé, ne permet pas de conserver une trace utilisable ne nos activités. Il est en tout cas très incomplet en ce qui concerne les activités 2013 et 2014. Nous devons donc les rechercher à partir de ce que nous faisons nous-mêmes, à partir aussi de la trace qu’on en garde avec les newsletters de la Fondation, enfin à partir de ce que peuvent nous rappeler les collègues de leurs diverses activités. Je prierai les collègues qui estimeraient que j’oublie certaines activités de m’en excuser, et d’intervenir après ce rapport pour compléter les informations que je vais donner.

Mais il y a aussi une raison en quelque sorte positive à ma difficulté à préparer un rapport. La préparation du rapport était rendue plus difficile aussi par un développement beaucoup plus rapide que nous n’en avions l’habitude, en tout cas en Espagne, et je commencerai donc par là ma tentative de présentation des deux années écoulées.

Donc d’abord l’Espagne. Notre travail a bénéficié là, il faut le dire d’emblée, des liens qui se sont tissés avec l’Association Lapsus de Toledo. Cela à divers titres. Beaucoup de membres de Lapsus de Toledo ont adhéré à la Fondation, ils ont largement participé à notre travail, et plusieurs activités de Lapsus de Toledo ont été soutenues par la Fondation. On peut remercier particulièrement Cristina Jarque qui s’est faite la cheville ouvrière de ce rapprochement, et du travail effectué. Mais bien d’autres l’entourent, à commencer par Lola Burgos, qui est aussi très présente dans nos activités.

Le point fort de cette collaboration a été constitué par un colloque à Tolède, du 14 au 16 juin, sur le thème « Passions déchaînées ». Il me semble que toutes les personnes présentes ont été sensibles à la qualité des travaux. Nous avons un peu regretté que l’assistance n’ait pas été plus nombreuse, mais cela nous a encouragé à permettre à l’avenir à davantage d’étudiants d’assister à nos travaux, en pratiquant à leur égard des prix plus modiques.

Depuis ce colloque les activités à Tolède ont continué à être très nombreuses, au point que les citer toutes nous prendrait plus que le temps qui est réservé pour cette assemblée : Il s’agit en particulier de séminaires réguliers, sur les thèmes de la névrose obsessionnelle puis de la perversion, mais aussi de nombreuses publications et présentations de livres auxquels plusieurs d’entre nous, Espagnols ou non, ont participé. Le seul danger qui nous menace serait de nous approprier un travail qui est avant tout celui d’un groupe particulier, Lapsus de Toledo, dont l’activité apporte beaucoup à la Fondation, que la Fondation soutient, avec lequel il y a aussi des activités communes, mais que nous devons éviter d’absorber. Notons surtout que ce groupe, et particulièrement Cristina, nous propose la tenue d’un colloque à Madrid en 2015 et je lui laisserai le soin d’en parler après que j’ai terminé ce rapport.

En ce qui concerne l’Espagne j’en viens à présent à ce qui s’est passé durant les deux ans écoulés à Barcelone, à un colloque qui a eu lieu à San Sebastian, ainsi qu’à ce que Silvia Yankelevich développe à Madrid.

Le groupe de Barcelone se réunit régulièrement, en tant que groupe de la Fondation autour d’un thème commun ou d’un séminaire de Lacan. Le dernier abordé était D’un Autre à l’autre. Contribuent particulièrement à ce travail Joan Bauzá, María José Muñoz, Mery Schwartz, Graziella Baravalle et Marcelo Edwards, mais d’autres également comme Jaume Claret. Ce groupe publie aussi régulièrement la revue TRAUMA. Le dernier numéro  paru, le numéro 4, portait sur “Lo inconsciente y sus razones”, avec des articles des collègues de la Fondation en Espagne et aussi de Gérard Pommier et de moi-même. Le Nº 5, sur La histeria hoy en día, est en préparation. Le groupe de Barcelone est également partie prenante pour le colloque qui s’annonce à Madrid.

La Fondation a aussi organisé à San Sebastian, les 22 et 23 février 2014, des journées de préparation à notre Congrès, sur le thème de la Formation du psychanalyste aujourd’hui. J’ai participé à l’organisation de ces journées, mais je me réjouis surtout que celles-ci aient donné l’occasion à des collègues comme Jorge Cacho et Nicolas Dissez de s’engager davantage dans le travail de la Fondation. Les journées ont permis d’avancer des interrogations intéressantes qui débouchent ces jours-ci à Rome. On pourrait aussi se réjouir de voir qu’elles ont pu être organisées dans un lieu nouveau, mais il est vrai que cette région d’Espagne semble résister particulièrement au discours analytique. Cela changera peut-être.

Poursuivons, en ce qui concerne l’Espagne, par les activités madrilènes. On sait que Silvia Yankelevich assure régulièrement un séminaire, qui en 2012 portait sur na névrose obsessionnelle et l’hystérie. Elle a par ailleurs fondé Fond-Infans, consacré à la clinique et à la transmission de la psychanalyse avec les enfants et les adolescents. Ce groupe s’occupe de la préparation d’un colloque. Enfin le 27 février 2014 Silvia Yankelevich a présenté à Madrid le réseau psychologue solidaire, autour de l’intitulé : La cause des enfants.

Venons en à la France, sur laquelle cette année je m’attarderai un peu moins.

Il faut prendre en considération le fait qu’en France la plupart des membres de la Fondation sont en même temps membres d’associations psychanalytiques nationales. Cela rend plus difficile la poursuite d’activités régulières de type séminaire. Il existe néanmoins un séminaire initié avec Claude Dumézil et actuellement mené par Bernard Brémond et Dominique Lecoq, consacré ces deux dernières années àl’Approche critique des objets théoriques de la psychanalyse, puis à La transmission. Ce séminaire s’est tenu en alternance, en 2014 à Bruxelles, Toulouse, Montpellier et Paris. Et nous avons poursuivi ce que nous appelons les colloques parisiens de la Fondation européenne pour la psychanalyse, organisés par Gorana Bulat-Manenti, Hélène Godefroy, Christian Hoffmann et moi-même. Ils ont été consacrés, durant les deux dernières années à diverses questions : Qu’est-ce qu’un père aujourd’hui ?,  Figures de la passion, et La formation du psychanalyste. Ils ont également permis de discuter avec Moustapha Safouan de son dernier livre, si important : La psychanalyse – science, thérapie – et cause.  Y ont participé, outre les organisateurs et Moustapha Safouan, Jean-Claude Aguerre, Angela Jesuino, Jean-Pierre Lebrun, Arlette Pellé, Gérard Pommier, Louis Sciara, Colette Soler, Jean-Jacques Tyszler, et Alain Vanier. N’oublions pas l’activité du groupe l’Association libre, qui se réunissant de façon irrégulière pour discuter des divers axes de notre travail, a consacré deux séances de travail à la question de la passion, et ajoutons que la Fondation organise ou soutient la présentation des livres de ses membres. Je ne les citerai pas parce que dans l’ensemble nous écrivons beaucoup.

En ce qui concerne l’Italie, où nous avons le plaisir de nous réunir, les informations qui me sont parvenues sont relativement brèves. Pourtant le travail semble conséquent. Durant les deux dernières années, une réunion mensuelle a eu lieu à Florence, avec pour thème La clinique du psychanalyste. Cette activité a soutenu la préparation du Congrès où nous sommes, et dont chacun peut apprécier la réussite.

J’aurais voulu enfin ajouter quelques mots sur l’Allemagne. Mais nos forces y sont très réduites, et le fait que Claus Rath ait eu quelques soucis ces derniers temps oblige à attendre, pour en parler, des temps meilleurs.

Comme vous le voyez, la situation de notre Fondation est à certains égards contrastée, mais on ne peut nier que depuis deux ans elle se soit développée, et qu’elle a proposé des activités intéressantes. Je terminerai sur le vœu que cela ne fasse que s’amplifier.

---

 

Le rapport financier présenté par Gorana Bulat-Manenti, trèsoirère de la FEP fait état d’une situation saine, les comptes de la FEP sont poisitifs ce qui permet l’organisation des activités à venir. La principale source de financement sont les cotisations des membres et la principale dépense concerne la location des salles et les frais de traductions pour les collloques et les congrès. Après l’avancement des chiffres concernant les comptes bancaires de la FEP tenus à disposition, le rapport financier a été voté à l’unanimité.

 

Après la présentation du rapport moral et du rapport financier, l’organisation d’un colloque à Madrid, sur le thème Angoisse et perversions, du 15 au 17 mai 2015, a été confirmée.

Le prochain congrès de la Fondation européenne pour la psychanalyse aura lieu en 2016 à Paris et aura pour titre: L'objet commun de la psychanalyse et de la psychiatrie.

 

 
 


 

Fondation européenne pour la psychanalyse

 

 

LONDRES

 

18 – 20 septembre 2015

September 18-20, 2015

 

Colloque

 

Bloomsbury House

2 – 3 Bloomsbury Square

London. WCi 2RL

 

 

 

PERVERSION ET MODERNITE

 

PERVERSION NOW

 

 

*******

 

 

Le déni de la castration serait-il désormais banalisé ?

Ce colloque européen compte en effet interroger le rapport que notre modernité (envisagée ici dans sa dimension interculturelle) entretient avec la question de la perversion. Cette rencontre souhaite proposer un débat autour d’un point théorique pris à partie par le discours social en mutation.

En effet, le terme de « perversion » que nous attribuons aujourd’hui, à l’endroit de la clinique, est-il bien en adéquation avec la perversion que Freud décrivait en 1905 dans ses Trois essais ? Qui plus est, détient-il, pour chaque culture, le même sens ?

Autrement dit, du fait d’une répression du désir nettement atténue, une confusion des langues ne se serait-elle pas intercalée au sein même du statut psychique de la perversion ?

 

Car, de nos jours, en quoi consiste la transgression ? Le sujet serait-il réellement plus enclin à transgresser qu’autrefois ? Notre civilisation occidentale opère, il est vrai, des changements idéologiques et technologiques, qui mettent à l’épreuve les bornes du symbolique, et avec lui, la fonction phallique et son corolaire d’invariants structuraux. Et de fait, nous ne pouvons que constater l’émergence de phénomènes nouveaux : des formes de symptôme inédites, des comportements sexuels affranchis, un désir saturé par la jouissance immédiate de l’objet toujours nouveau et accessible, une conversion des liens sociaux, conjugaux et parentaux, etc.. Or, quelles conséquences cette mutation sociale peut avoir sur l’idée de la perversion et sa praxie ?

 

La mouvance culturelle envisagerait-elle de prendre, pour autant, le pas sur la structure ? Depuis que l’effondrement des prérogatives patriarcales a fait vacillé le discours culturel à propos de la fonction paternelle, la différence des sexes serait-elle remise en cause, de même que les rapports entre les générations, si ce n’est la subjectivité elle-même ? La pensée psychanalytique a-t-elle à se résoudre à penser désormais la « perversion », et son rapport à la Loi, différemment de ce qui l’origine à partir de son point nodal agencé par le complexe d’Oedipe ?

 

Et, par conséquent, du point de vue structural, avons-nous, dès lors, à observer et admettre, une prévalence de la jouissance sur le désir ?

 

 

Has denial of castration become commonplace ? This conference will interrogate the relation between contemporary culture (considered here also from an intercultural perspective) and the question of perversion. The focus will be on a concept that is being challenged by a changing social discourse. Namely, is the term ‘perversion’ as it is used in the clinic today, consistent with the ‘perversion’ Freud described in 1905 in his ‘Three essays’? Further, how is the tern ‘perversion’ understood in different cultures? If there is less repression of desire today, does that lead to a confusion in how we speak about perversion as a psychic status and as a practice ?

 

What constitues transgression today? Are people really more inclined to transgress now than formerly ? Contemporary Western civilisation seems to be subject to ideological and technological changes which test the limits of the symbolic, and with it, the phallic function and its correlative structural invariants. Indeed, the emergence of new phenomena is evident : hitherto unseen symptoms, unfettered sexual behaviour , desire saturated by the immediate jouissance of the always new and accessible object, a transformation of social, conjugal and parental, etc. relations. What are the consequences of these social mutations for the idea of perversion and its praxis ?

 

Could these cultural shifts be considered to override psychic structure? Since the breakdown of patriarchal rights has produced a vacillation in cultural discourse as regards the paternal function, should the difference between the sexes be re-examined, no less than the relation between generations, indeed subjectivity itself ? Has psychoanalytic thought to resolve to think differently about ‘perversion’ and its relation to the Law, differently from what was laid out at the beginning, starting from the nodal point of the oedipal complex ?

 

And, from the structural point of view, must we consequently observe and admit to a prevalence of jouissance over desire ?

 

 

 

Responsables du colloque / Symposium organizers

Diana Caine, Hélène Godefroy

 

 

Comité d’organisation / steering Committee

Cristina Jarque, Gyorgi Koman, Gorana Manenti, Gérard Pommier, Hepzibah Rendle-Short, Kristina Valendinova.

 

 

Comité scientifique / scientific Committee

Graziella Baravalle, Orsola Barberis, Nestor Braunstein, Lola Burgos, Luigi Burzota, Diana Caine, Roland Chémama, Marcelo Edwards, Xavier Fourtou, Hélène Godefroy, Alfonso Gomez Pietro, Christian Hoffmann, Cristina Jarque, Gyorgi Koman, Monique Lauret, Silvia Lippi, Gorana Manenti, Gérard Pommier, Hepzibah Rendle-Short, Belén Rico, Kristina Valendinova, Alain Vanier, Laure Wesphal, Anne Worthington, Colin Wright.

  

 


 

 

COLOQUIO

FUNDACIÓN EUROPEA PARA EL PSICOANALISIS

 

COLLOQUE

FONDATION EUROPÉENNE POUR LA PSYCHANALYSE

 

del 15 de mayo 14 horas a 17 de mayo 14 horas

 

du 15 mai 14 h à 17 mai 14 h

 

MADRID 2015

 

Fundación Ortega Marañón

Calle de Fortuny 53, 28010, Madrid

 

ANGUSTIA Y PERVERSIONES

 

ANGOISSE ET PERVERSIONS

 

 

 

Para el psicoanálisis el tema de las perversiones es inherente a la sexualidad humana.

Freud sostuvo que la neurosis es el negativo de la perversión, que el neurótico fantasea lo que el perverso actúa. Lacan lo refrendó diciendo que el fantasma que habita al neurótico es perverso.

Para el psicoanálisis actual lo que está en juego es saber la diferencia que existe en la manera de gozar del sujeto del inconsciente. La clínica psicoanalítica muestra que en la neurosis el goce se expresa en la queja, el sufrimiento y el síntoma, y que el sujeto neurótico se siente avergonzado cuando tiene que reconocerse a sí mismo como sujeto gozante. El sujeto perverso en cambio, no se avergüenza del goce porque vive para el goce, en él, el deseo es voluntad de goce. La manera en la que el sujeto perverso se posiciona frente al goce generalmente produce un enigma que tiene relación con la emergencia de la angustia. Este coloquio tiene como objetivo reflexionar y analizar (desde el punto de vista del psicoanálisis) estos temas tan importantes como actuales.

Angustia y Perversiones, es un tema inagotable porque los límites entre la fantasía y el acto son borrosos, entre el deseo y el goce. En este coloquio pretendemos explorar la tierra de nadie (o de todos) que los separa.

 

 

 

Pour la psychanalyse les perversions font partie intégrante de la sexualité humaine.

Freud a soutenu que la névrose est le négatif de la perversion, il a dit que le sujet névrosé fantasme là où le sujet pervers passe à l’acte. Lacan a ratifié cela en disant que le fantasme qui habite le névrosé est pervers.

Pour la psychanalyse d'aujourd'hui il s'agit de savoir la différence qu'il y a entre les diverses façons de jouir du sujet de l'inconscient. La clinique psychanalytique montre que dans la névrose la jouissance est dans la plainte, la souffrance et le symptôme, et que le sujet névrosé a honte de sa propre jouissance. Par contre le sujet pervers n'a pas honte parce qu'il vit pour la jouissance ; en lui, le désir est volonté de jouissance. La façon dont le sujet pervers agit produit généralement une énigme qui a un rapport avec l'émergence de l’angoisse. Ce colloque a pour objectif de réfléchir et d'analyser ( du point de vue de la psychanalyse ) ces thèmes aussi importants qu’actuels.

Angoisse et perversions est un sujet inépuisable parce que les limites entre le fantasme et l'acte sont des limites troubles, entre le désir et la jouissance. Dans ce colloque nous souhaitons explorer la terre de personne (ou de tous) qui les sépare.

 

Comité científico del coloquio / Comité scientifique du colloque :

Graziella Baravalle, Gorana Bulat-Manenti, Lola Burgos, Luigi Burzotta, Roland Chemama, Marcelo Edwards, Estrella Fernández, Soledad Godano, Hèléne Godefroy, Alfonso Gómez Prieto, Christian Hoffmann, Cristina Jarque, Rosa Navarro, Gérard Pommier, Belén Rico

Comité de organización / Comité d'organisation :

Graziella Baravalle, Gorana Bulat-Manenti, Lola Burgos, Luigi Burzotta, Roland Chemama, Marcelo Edwards, Estrella Fernández, Soledad Godano, Alfonso Gómez Prieto, Cristina Jarque, Gorana Manenti, Rosa Navarro, Gérard Pommier, Belén Rico

 

Gestión:

- Cristina Jarque: cristinajarque@gmail.com

- Lola Burgos: lola_burgos@yahoo.es

- Estrella Fernández: estrella.fdez.romeralo@gmail.com

- Soledad Godano: msgodano@hotmail.com

- Alfonso Gómez Prieto: alfonso.gomezprieto@yahoo.es

- Belén Rico: marabelgom@gmail.com

 

Programa del coloquio

Programme du colloque

VIERNES 15 DE MAYO / VENDREDI 15 MAI

13:30 Recepción / réception

14:00 Apertura / ouverture: Rosa Almoguera (Directora de Programas Internacionales en la Fundación Ortega- Marañón)

14:15 Presentación / présentation: Graziella Baravalle y Cristina Jarque

14:30 Inauguración del Coloquio / Introduction au theme du colloque - Gérard Pommier

 

15:00 - 16:40 coordinador / modérateur : Gérard Pommier

15:00 - 15:20 Roland Chemama: ¿A qué angustia responde nuestra perversión corriente? / A quelle angoisse répond notre perversion ordinaire ?

15:20 - 15:40 Rosa Navarro: La angustia fuelle del deseo / L'angoisse soufflet du désir

15:40 - 16:00 Ahmed Bouhlal: La perversión del otro y la otra perversión / La perversion de l'autre et l'autre perversion

16:00 - 16:20 Alejandra Ruiz: Perversiones del sueño: padre e hijo en un tramo de análisis /  Perversiones du rêve : père et fils dans une tranche d'analyse

16:20 - 16:40 Intervención del público / Intervention du public

 

16:40 - 17:00 Pausa / Pause

 

17:00 a 18:40 coordinador / modérateur : Graziella Baravalle

17:00 - 17:20 Marcelo Edwards: ¿Qué definición para la perversión como estructura? / Quelle définition pour la perversion comme structure ?

17:20 - 17: 40 Silvia Saskyn: Perversión: ¿estructura o método? / Perversion : structure ou méthode ?

17:40 - 18:00 Arlette Pellé: Tirar el ancla sin brújula / Jeter l'ancre sans boussole

18:00 - 18:20 Soledad Godano: Clínica de una pervesa angustia: 14 de febrero día de los enamorados / Clinique d'une perverse angoisse : 14 Février le jour des amoureux 

18:20 - 18:40 Intervención del público / Intervention du public

 

18:40 a 19:00 Pausa / Pause

 

19:00 a 20:40 coordinador / modérateur : Cristina Jarque

19:00 - 19:20 Néstor Braunstein: Alain, Lacan y la novela objetivista / Alain, Lacan et le nouveau roman

19:20 - 19:40 Jaume Claret: Arte psicopático / Art psychopathique

19:40 - 20:00 Annick Juredieu: ¿Qué padre-versión (versión del padre) opera en la obra y la vida del novelista Yves Navarre? / Quelle père-version (version du père) opère dans l'oeuvre et la vie du romancier Yves Navarre ?

20:00 - 20:20 Hervé Bentata:

20:20 - 20:40 Liliane Filipovic; La victoria del trastorno: Shakespeare y el fetichismo de la mercancía / La victoire du trouble: Shakespeare et le fétichisme de la marchandise 

20:40 - 21:00 Intervención del público / Intervention du public

 

21:00 FIN

 

 

SABADO 16 DE MAYO / SAMEDI 16 MAI

 

10:00 a 11:40 coordinador / modérateur : Luigi Burzotta

10:00 - 10:20 Christian Hoffman: Trastornos en la perversión / Trouble dans la perversion

10:20 - 10:40 Lola Burgos: Soberbia, angustia y perversiones / Orgueil, angoisse et perversions   

10:40 - 11:00  José Eduardo Tappan: Lo imposible y lo posible en la perversión : angustia de castración / L'impossible et le possible dans la perversion / l'angoisse de castration

11:00 - 11:20 Jorge Gómez Alcalá: Duelo y verleugnung / Deuil et verleugnung

11:20 - 11:40 Intervención del público / Intervention du public

 

11:40 - 12:00 Pausa / pause

 

12:00 - 13:40 coordinador / modérateur : Lola Burgos

12:00 - 12:20 Laura Kait: Tiempo de madrastras / Temps des marâtres

12:20 - 12:40 Monique Lauret: Escenario perverso de una neurosis corriente / Scénario pervers d'une névrose ordinaire

12:40 - 13:00 Estrella Fernández: Perversión, angustia y maternidad / Perversion, angoisse et maternité 

13:00 - 13:20  Juan Carlos Muñoz: Desarrollo de la perversión en el sujeto / Développement de la perversion dans le sujet

13:20 - 13:40 Intervención del público / Intervention du public

 

13:40 a 16:00 COMIDA / DÉJEUNER

 

16:00 - 17:40 coordinador / modérateur : Roland Chemama

16:00 - 16:20 Rithée Cevasco: La fe del perverso / La foi du pervers

16:20 - 16:40 Cristina Jarque: La angustia del otro como condición exigida. (A partir de Nueve Semanas y Media de Adrian Lyne) / L'angoisse de l'autre comme condition exigée. (À partir de Neuf Semaines et Demie de Adrien Lyne)

16:40 - 17:00 Guy Dana: El litoral de goce / Le littoral de la jouissance

17:00 - 17:20 Hans Saettele: El fracaso del objeto a en la perversión / L'échec de l'objet a dans la perversion

17:20 - 17:40 Intervención del público / Intervention du public

 

17:40 a 18:00 Pausa / Pause

 

18:00 a 19:20 coordinador / modérateur : Marcelo Edwards

18:00 - 18:20 Luigi Burzotta: Angustia y perversión en la neurosis obsesiva / Angoisse et perversion dans la névrose obsessionnelle

18:20 - 18:40 Hèléne Godefroy: La perversión entre neurosis y psicosis / La perversion entre névrose et psychose

18:40 - 19:00 Laura Cevedio: Un desenlace perverso en una relación entragada / Le dénouement pervers d'une relation gâtée

19:00 - 19:20 Isabel Cerdeira: Austeridades y goces: Piketty, Laval y Dardot, Krugman /Austeritées et jouissances: Piketty, Laval y Dardot, Krugman

19:20 - 19:40 Intervención del público / Intervention du public

 

19:40 FIN

 

20:00 a 21:00 ASAMBLEA DE LA FEP /ASSAMBLÉE DE LA FEP

 

21:00 CENA / DINER

 

DOMINGO 17 DE MAYO / DIMANCHE 17 MAI

 

10:00 - 11:20 : coordinador / modérateur : Gorana Manenti

10:00 - 10:20 Aspasie Bali: La perversion y sus avatares / La perversion et ses avatars

10:20 - 10:40 Belén Rico: Lenguaje perverso como instrumento de manipulación social / langage pervers comme instrument de manipulation sociale

10:40 - 11:00 Gérard Pommier: ¿Por qué angustia la perversión? / Pour quoi la perversion angoisse-t-elle ?

11:00 - 11:20 Intervención del público / Intervention du public 

 

11:20 - 11:40 Pausa / pause

 

11:40 - 13:00 coordinador / modérateur : Rosa Navarro

11:40 - 12:00 Gorana Manenti: Fantasma y trauma en un caso de angustia al movimiento / Fantasme et trauma dans un cas d'angoisse de mouvement

12:00 - 12:20 Alfonso Gómez Prieto: Acondicionamientos perversos en las fronteras de la angustia / Conditionnements pervers aux frontières de l'angoisse

12:20 - 12:40 Graziella Baravalle: Angustia y "representación insoportable" / Angoisse et "représentation insupportable"

12:40 - 13:00 Intervención del público / Intervention du public

 

13:00- 13:30 Clausura de las jornadas / Clôture des journées : Graziella Baravalle, Presidenta de la Fundación Europea para el Psicoanálisis (FEP)

 

13:30 FIN

 

 

Informaciones prácticas
Renseignements pratiques 
El precio de inscripción al coloquio es de 80 euros, miembros de la Fundación 60 euros y para los estudiantes 10 euros, a pagar in situ.

Les  frais d’inscription au colloque sont de 80 euros, membres de la Fondation 60 euros, étudiants 10 euros, à régler sur place. 

 

Sugerencia PARA HOSPEDAJE Hotel Gran Versalles en Madrid hgv.comercial@hotelgranversalles.es

Calle Covarrubias 4, Madrid: 914-47-57-00

 

Proposition d'hébergement : Hôtel Gran Versalles à Madrid

Calle Covarrubias 4, Madrid : 914-47-57-00

Link http://www.hotelgranversalles.es/es/

 

 

 

 
 
 

 

Fondation Européenne pour la Psychanalyse

Residenza Ripetta Sala Pavillon

Via di Ripetta 231 Roma

 

Decimo Congresso

Roma dal 16 maggio 2014 ore 09, 30 al 18 maggio ore 13

In onore di Claude Dumézil

La formazione dello psicanalista oggi

 

Dixième Congrès

Rome du 16 mai 2014 à 09h30 au 18 mai à 13h

En l’honneur de Claude Dumézil

La formation du psychanalyste aujourd’hui

 

 

«Ciò che io esigo… è… di penetrare ciò che c’è dietro una certa resistenza istituita nel corpo stesso degli psicanalisti. Questa è la messa in discussione essenziale, e dal tempo in cui il mio insegnamento si è posto, puramente e semplicemente opponendosi a una certa sordidezza nella teorizzazione della pratica, il cui comune denominatore è dato dalla psicologizzazione, quella psicologizzazione che con scalpore vi si denuncia da se stessa, poiché vi si confessa come il fine dei suoi promotori. Cercare nella psicologia il reale con il quale la psicanalisi ha a che fare, è il principio di un deviamento radicale. Ogni riduzione, ogni tentativo di ritorno, come si dice, o esaurimento della psicanalisi in qualche psicologismo, costituito in qualsiasi modo che si possa forgiare, è la negazione della psicanalisi» (J. Lacan, Problemi cruciali per la psicanalisi, 16 giugno 1965).

Di fronte al preteso sapere psicologico… intessuto di false credenze, la prima delle quali è quella delle identità intuitive che chiameremmo l’io… la psicanalisi permette di tracciare diversamente la via.

È il cammino profano che conduce al gioco combinatorio della lettera, che già presiede alle formazioni stesse dell’inconscio, come i lapsus, i motti di spirito, ecc.

Questo esercizio della lettera non è difforme da quello che, altrove, negli altri campi che hanno a che fare con il reale, è alla base dell’invenzione: così avviene nelle formulazioni scientifiche o nel magistero dell’arte.

Nella cura psicanalitica, tale gioco permette di saldare, per un attimo, l’immaginario con il sapere inconscio, grazie all’equivoco dell’interpretazione, che, confidando sulla materialità della lettera, inventa ogni volta qualcosa di nuovo, che può rischiarare qualche lembo del reale che parassita il godimento. A questo, la psicanalisi può così dare un poco di respiro e alleviare la sofferenza dei sintomi, anche perché favorisce una relazione che permette al soggetto di confrontarsi con il suo fantasma; relazione che per principio è troncata dal discorso che si oppone alla psicanalisi.

 

Non è tuttavia possibile oggi discutere la formazione dello psicanalista senza questionare la nuova situazione creata dalle diverse legislazioni europee e dalle ideologie che le accompagnano.

Più di ieri forse ma senza dubbio altrimenti la questione dell’”analisi profana” oggi è da riprendere. Non si tratta più di difendere il diritto alla pratica della psicanalisi da parte dei non medici. Si tratta di far valere ciò che ha di specifico questa pratica e perché non può essere regolata da ideali, da una burocrazia perfino, che gli sono estranei. Saremo noi all’altezza di questi impegni?

 

*

 

I primi scambi, in preparazione del Congresso, hanno permesso di individuare alcune questioni.  Che ne è del «sapere dello psicanalista»? Nel corso degli ultimi decenni ci sono state delle modifiche nelle domande di formazione? Nella stessa formazione? Che ne è oggi dell’«analisi didattica»? Del controllo? Della passe? Quali sono le implicazioni fantasmatiche del titolo di «psicanalista» per chi esercita questa pratica, per una collettività, per la comunità degli analisti, per lo Stato? Come rispondono gli analisti alla nuova situazione creata dalla legislazione sulla psicoterapia nei diversi paesi d’Europa? Sono soltanto alcuni esempi delle questioni che dobbiamo affrontare.

 

*

 

I colleghi che desiderano parteciparvi con un proprio intervento devono inviare un testo che non superi le 2500 parole, (italiano e francese), al seguente indirizzo luigi.burzotta@live.it

 

 

« Ce que j’exige, disait Lacan dans Problèmes cruciaux pour la psychanalyse, (…) c’est (…) de pénétrer ce qu’il y a derrière une certaine résistance instituée dans le corps même des psychanalystes. Ceci est bien la mise en question essentielle, et depuis le temps où mon enseignement s’est posé, purement et simplement comme s’opposant à une certaine sordidité dans là théorisation de là pratique dont le commun dénominateur est donné par la psychologisation, cette psychologisation qui s’y dénonce elle-même avec éclat, puisqu’elle s’avoue être le but de certains de ses promoteurs. Chercher le réel auquel la psychanalyse a à faire dans la psychologie est le principe d’un dévoiement radical. Toute réduction, toute tentative de retour comme on dit, ou exhaustion de la psychanalyse dans quelque psychologisme, de quelque façon constituée qu’on puisse la forger, c’est la négation de la psychanalyse. »

Face au prétendu savoir psychologique, tissé de fausses croyances dont la première est celle de ces identités intuitives qu’on appellerait le moi, la psychanalyse permet de tracer autrement la voie. C’est là le chemin profane qui conduit au jeu combinatoire de la lettre, qui préside déjà aux formations mêmes de l’inconscient, comme les lapsus, les mots d’esprit, etc. Cet exercice de la lettre ne diffère pas de celui qui, ailleurs, dans d’autres domaines qui ont à voir avec le réel, est à la base de l’invention, comme dans les formulations scientifiques ou dans la maîtrise de l’art poétique.

Dans la cure psychanalytique, ce jeu permet de souder pour un instant l’imaginaire avec le savoir inconscient, grâce à l’équivoque de l’interprétation, qui, s’appuyant sur la matérialité de la lettre, invente chaque fois quelque chose de nouveau, ce qui peut éclairer quelque pan du réel parasitant la jouissance. À cela, la psychanalyse peut ainsi donner un peu de souffle et soulager la souffrance des symptômes, aussi parce qu’elle favorise une relation permettant au sujet de se confronter avec son propre fantasme ; relation qui en principe est tronquée par le discours s’opposant à la psychanalyse.

Reste qu’il n’est pas possible de questionner la formation du psychanalyste aujourd’hui sans interroger la situation nouvelle créée par les diverses législations européennes et par les idéologies qui les accompagnent. Plus qu’hier peut-être, mais sans doute aussi autrement, la question de « l’analyse profane » est aujourd’hui à reprendre. Il ne s’agit pas seulement de défendre le droit de la pratique de la psychanalyse par les non médecins. Il s’agit de faire valoir ce qu’a de spécifique cette pratique, et pourquoi elle ne peut être réglée par des idéaux, voire une bureaucratie, qui lui sont étrangères. Serons nous à la hauteur de ces enjeux ?

*

Les premiers échanges en vue de la préparation du congrès ont permis de dégager quelques questions. Qu’en est-il du « savoir du psychanalyste » ? Y a-t-il eu, au cours des dernières décennies, des modifications dans la demande de formation ? Dans la formation elle-même ? Qu’en est-il aujourd’hui de « l’analyse didactique » ? Du contrôle ? De la passe ? Quelles sont les implications fantasmatiques du titre « psychanalyste » pour un praticien, pour une collectivité, pour la communauté des analystes, pour l’État ? Comment les analystes répondent-ils à la situation nouvelle créée en divers pays d’Europe par la législation concernant les psychothérapies ? Ce ne sont évidemment là que quelques exemples des questions que nous aurons à aborder.

*

Les collègues qui souhaitent intervenir doivent envoyer un texte de 2500 mots maximum, dans la langue français et italien à l’adresse suivante : luigi.burzotta@live.it

 

Comitato scientifico – Comité scientifique 

Renata Barbieri, Graziella Baravalle, Juan Bauza, Simone Berti, Bernard Bremond, Gorana Bulat-Manenti, Luigi Burzotta, Jorge Cacho, Roland Chemama, Christine Dal Bon, Marcelo Edwards, Hélène Godefroy, Cristina Jarque, Patrick Landmann, Charles Melman, Rosa Navarro, Claude-Noële Pickmann, Maria Concetta Pinto, Gérard Pommier, Claus Dieter Rath, Moustapha Safouan, Mery Schwartz, Colette Soler, Johanna Vennemann, Silvia Yankelevich.

 

Segretario e coordinazione tecnica – Secrétaire et coordination technique

Giampiero Belli 

 

Venerdì 16 maggio / Vendredi 16 mai

Ore 9,00: iscrizione / inscription

Ore 9,40/10,00

Luigi Burzotta

Benvenuto e introduzione / Bienvenu et introduction

 

PRESIDENTE / PRESIDENT : Gérard Pommier

Ore 10,00/10,20

Christine Dal Bon

Attualità della situazione italiana

Actualités de la situation italienne

Ore 10,20/10,40

Jean-Jacques Tyszler

La création d’une école de psychopathologie, la régulation du titre de psychothérapeute, le recours juridique sur l'autisme ...

Ore 10,40/11,00

Christian Hoffmann

L'analyse thérapeutique

 

Ore 11,00/11,20

DISCUSSIONE / DISCUSSION

Ore 11,20/11,50

Intervallo / Pause

 

PRESIDENTE / PRESIDENT : Johanna Vennemann

Ore 11,50/12,10

Gérard Pommier

Il n'y a pas de bon vent pour celui qui ne sait où il va

Ore 12,10/12,30

Cristina Jarque

Il luogo del desiderio nella formazione dell’analista

Le désir du savoir-faire et du savoir à inventer dans la formation de l'analyste

Ore 12,30/12,50

Guy Dana

Virtù del metodo analitico. Folgorazione e immersione 

Vertu de la méthode analytique. Fulgurances  et immersion

12,50/13,10

DISCUSSIONE / DISCUSSION

 

Ore 13,10/15,00

Pausa pranzo / Pause déjeuner

 

PRESIDENTE / PRESIDENT : Patrick Landmann

Ore15,00/15,20

Gorana Manenti

La scientificité et la transmission de la psychanalyse ou La question paternelle dans la transmission de la psychanalyse

Ore 15,20/15,40

Dominique Lecoq

Il “ci” del saperci fare

L'upsilon du savoir y faire

Ore 15,40/16,00

Graziella Baravalle

Una riflessione sulle materie che, secondo Freud, un programma di studio sulla psicoanalisi dovrebbe includere

Une réflexion sur les matières que devraient constituer le programme d'études d'un psychanalyste d'après Freud

Ore 16,00/16,20

DISCUSSIONE / DISCUSSION

 

Ore 16,20/16,50

Intervallo / Pause

 

PRESIDENTE / PRESIDENT : Luigi Burzotta

Ore 16,50/17,10

Marcelo Edwards

Come pensare oggi la terapia psicanalitica

Comment penser la psychothérapie psychanalytique aujourd’hui ?

Ore 17,10/17,30

Helene Godefroy

Un effet de transmission

Ore 17,30/17,50

Monique Lauret

Les risques du métier dans la formation du psychanalyste, de la morale à l'éthique

Ore 17,50/18,10

Marielle David

Les chemins du Réel

18,10/18,30

DISCUSSIONE / DISCUSSION

 

Sabato 17 maggio / Samedi 17 mai

 

PRESIDENTE / PRESIDENT : Maria Pia Marangon

Ore 09,30/10,00

Andrea Baldassarro

Il "resto" non analizzato nella trasmissione della psicanalisi.

Ce “reste” qui n’est pas analysé dans la transmission de la psychanalyse

Simone Berti

Formare all'incompiutezza: riflessioni sull'atto analitico

Luigi Burzotta

Il senso del profano

Le sens du profane

DISCUSSIONE / DISCUSSION

Ore 10,00/10,50

 

10,50/11,20

Intervallo / Pause

 

PRESIDENTE / PRESIDENT : Patrizia Lupi

Ore 11,20/11,50

Ettore Perrella

Dix-huit thèses sur la formation des analystes aujourd’hui en Italie

Diciotto tesi sulla formazione degli analisti oggi in Italia

Silvia Pilati

Il narcisismo delle piccole differenze, ancora.

 

Davide Radice

Il lavoro analitico come dispositivo epistemico

Le travail analytique comme dispositif épistémique

Ore 11,50/12,40

DISCUSSIONE / DISCUSSION

 

Ore12,40/14,40

Pausa pranzo / Pause déjeuner

 

 

PRESIDENTE / PRESIDENT : Xavier Barret

Ore14,40/15,20

Moustapha Safouan

L’analyste ne s’autorise que de lui même…jusqu’à sa propre formation

Dolorès Frau-Ferot

Le père a deux vies

Il padre ha due vite

Silvia Saskyn

L’analisi nella formazione dell’analista

L'analyse dans la formation de l'analyste

 

Nicolas Dissez

Les petits apologues

Ore15,20/16,10

DISCUSSIONE / DISCUSSION

 

PRESIDENTE / PRESIDENT : Renata Barbieri

Ore 16,10/16,50

Maria Concetta Pinto

Il porta-lettera di Neruda

Tra la funzione del sogno e la funzione dell'analista

Antonello Sciacchitano

La questione dell’analisi scientifica e la formazione dell’analista                        

La question de l’analyse scientifique et la formation de l’analyste

Gabriela Zadra

L'interpretazione e il sapere dello psicanalista

L’interprétation et le savoir du psychanalyste

Alberto Zino

Stati dell’arte psicanalitica

16,50/17,50

DISCUSSIONE / DISCUSSION

 

Ore 18,00

ASSEMBLEA GENERALE / ASSEMBLEE GENERALE

 

Domenica 18 maggio / Dimanche 18 mai

PRESIDENTE / PRESIDENT : Muriel Drazien

Ore 09,30/09,50

Cosimo Trono

Trasmettere, trascrivere, trasferire, scrivere

Transmettre, transcrire, transférer, écrire

Ore 09,50/10,10

Francisco Rengifo

Formation de l'inconscient

Formazione dell’inconscio

Ore10,10/10,30

Lola Burgos

Il transfert nella formazione dell’analista

Le Transfert dans la formation de l’analyste

Ore 10,30/10,50

DISCUSSIONE / DISCUSSION

 

Ore 10,50/11,20

Intervallo / Pause

 

PRESIDENTE / PRESIDENT : Roland Chemama

Ore 11,20/11,40

André Michels

Que veut dire: il n'y a pas de transmission de la psychanalyse?

Ore 11,40/12,00

Arlette Pellé

Soutenir la spécificité de la psychanalyse : quels enjeux?

Ore 12,00/12,20

Muriel Drazien

La clinica secondo Lacan

Ore12,20/12,40

DISCUSSIONE/DISCUSSION

Ore 12,40

Roland Chemama

Y

Conclusion

*

Traduzione simultanea / Traduction simultanée

Iscrizione sul posto / Inscription sur place: euro 80,00

Membri della Fondation / Membres de la Fondation: euro 70,00

Studenti / Etudiants: euro 30,00

***

 

Coloro che intendono prenotare una camera nella Residenza Ripetta (tel. +39 06 3231144;

E mail: reservation.ripetta@royaldemeure.com), devono menzionare il congresso della Fondation per beneficiare delle condizioni particolari concesse per l’evento.    

Ceux qui souhaitent réserver une chambre dans l'hôtel Residenza Ripetta (tel. +39 06 3231144;

E mail: reservation.ripetta@royaldemeure.com), peuvent signaler qu’ils viennent pour le Congrès afin de bénéficier de conditions particulières.

 

 Cliquez ici pour accéder aux TEXTES du Congrès (en français, en italien et en espagnol)

 

 


 

Le mouvement Pourtour,
le Groupe d’Etude du Trait du Cas,
Inten$ion Psychanalytique,
la Fondation Européenne pour la psychanalyse

vous invitent à la journée en hommage à Claude Dumézil

Le samedi 12 octobre 2013,  de 9h30 à 18h
à La Maison de l’Europe
35 – 37 rue des Francs-Bourgeois  Paris 4ème
 

Claude Dumézil « en passant »

 

Alors que la maladie le contraignait à cesser définitivement sa pratique d'analyste, et peu avant qu'elle l'emporte, il nous livrait ce qui allait être sa dernière contribution à la critique de la théorie: " La passe n'existe pas ". Déclaration trop troublante pour ce passant passionné puisqu'il la corrigea aussitôt en forme de question: " Et si la passe n'existait pas? " Encore, une fois encore, prendre appui sur ce qu'il appelait la fiction pour affronter sa (dernière?) rencontre avec le Réel.

Cette journée nous donnera l'occasion de revisiter les balises qu'il a laissées sur le parcours de sa passe sans fin: de la Passe de Lacan au Trait du Cas, de la supposition de savoir au désir d'analyste, du semblant à la fiction.

Claude Dumézil se refusait résolument à séparer le travail théorique et l'engagement institutionnel d'un travail sur la pratique de la cure. C'était pour lui une question politique, au sens d'une politique de la psychanalyse qui privilégiait la dynamique instituante  plutôt que les royaumes institués et une éthique de la déliaison plutôt que le réalisme pragmatique des meneurs de foules. Il n’acceptait aucune extension de la psychanalyse qui ne s’arrime fermement à son « intension » ; l’institution en acte – la cure – était la seule qui l’intéresse vraiment, ce qui l’avait conduit à parler de « dispositifs instituants ».

Grand amoureux de la langue, il craignait surtout que cet amour l'emporte sur l'intraitable passion du signifiant qui fait le psychanalyste. C'est bien pourtant celle-ci qui aura été la plus forte, contre toute maîtrise, contre vents et marées institutionneIs, contre fidélités et trahisons fraternelles ou filiales.

Il nous revient de dire si un tel parcours, pour lequel la transmission est indissociable de la pratique, peut nous ouvrir à garder vivante la part d'in-fini au coeur de cette passe avec laquelle on voudrait en finir pour oublier qu'elle n'existe pas.

 

PROGRAMME

 

Matin : « sous la direction » de Sylvain Frérot

 

9h 30 : Accueil

 

10h : Ouverture : Bernard Brémond

 

10h 15 «  Témoignages »

parmi lesquels : Marilia Aisenstein, Gorana Bulat-Manenti, Luigi Burzotta, Roland Chemama, Alain Didier-Weill, Dominique Lecoq, Nicolas Curien, Gérard Pommier…

Echanges

 

12h 30 : Déjeuner

 

Après-midi : « sous la direction »  de Dolorès Frau et Edwige Pasquier

 

« La dynamique lacanienne »

trois tables rondes suivies d'échanges

 

14h : Et si la Passe n’existait pas ?... : Moustapha Safouan et Bernard Brémond

 

15h : Le désir d’analyste et la Passe : Jeanne Lafont et Jean-Claude Gross

 

16h Le Trait du Cas : Martine Dardanne, Monique Delaugerre, Pierre Leroy, Annie Sotty

 

Fin de journée

 

 Projection du film : « La Passe et autres dispositifs », entretien entre Claude Dumézil et Alain Didier-Weill.

 

Participation aux frais: 40 euros

Inscription: chèque à l’ordre d’Intension Psychanalytique. 16, quai de la Fosse. 44000. Nantes - Renseignements:  Edwige Pasquier 06.86.81.64.92 – Martine Dardanne 06.37.21.50.70    

e.mail : intension.psychanalytique@gmail.com




 
 

 

JORNADAS / JOURNÉES


 

du 14 juin 14h au 16 juin 14h

del 14 de junio al 16 de junio 14 horas

 

TOLEDO

Hotel Alfonso VI, General Moscardó 2

 

PASIONES DESENFRENADAS

PASSIONS DÉCHAÎNÉES

 

Hoy en día nos vemos confrontados a la necesidad de profundizar en las cuestiones relacionadas con el desencadenamiento de las pasiones, es decir, con lo que sitúa al sujeto fuera de todo límite o control, aquello que franquea la línea roja y lo arrastra hacia su perdición. En esa situación el sujeto deviene cada vez más -en lo Real- un objeto a, causa del deseo del otro, y su deseo queda aplastado por la demanda de un Otro no barrado. Esta posición equilibra al sujeto porque garantiza la consistencia, tanto del Otro como de su propio ser, pero al precio de verse apresado en lo que Lacan designó como pasiones del ser: el amor, el odio y la ignorancia. Cuando el sujeto se siente afectado por sus pasiones y quiere descifrar el enigma que las sostiene, nos encontramos en presencia de alguien que puede ocupar la posición de analizante. En cambio, cuando rechaza el saber inconsciente y se coloca en una posición irracional e intolerante, estamos ante un sujeto inanalizable que se encuentra atrincherado en su fanatismo, es decir en el "deber ser", lo que es otra manera de designar el imperativo del superyo, que arrastra el sujeto a la pulsión de muerte y al goce particular que está vinculado con la misma.

Aujourd'hui, nous nous voyons confrontés à la nécessité d'approfondir les questions liées au déchaînement des passions, c'est à dire à ce qui se situe hors de toute limite ou de tout contrôle , à ce qui franchit la ligne jaune et qui entraîne le sujet vers sa perte. C’est que le sujet se fait de plus en plus, dans le Réel, objet a, cause du désir de l'Autre, écrasant ainsi le désir sur la demande d’un Autre non-barré. Cette position équilibre le sujet parce qu'elle garantit la consistance tant de l'Autre que de son propre être, mais au prix de se voir saisi par ce que Lacan désigna comme passions de l'être : l'amour, la haine et l'ignorance. Quand le sujet se voit affecté par ses passions et veut déchiffrer l'énigme qui les maintient, nous nous trouvons en présence d'un sujet qui peut occuper la position d'analysant. En revanche, quand il rejette le savoir inconscient et se place dans une position irrationnelle et intolérante nous sommes en face d'un sujet inanalysable qui se trouve enfermé dans le fanatisme, c'est à dire dans le "devoir être", ce qui est une autre manière d'appeler l'impératif du surmoi, celui qui ramène le sujet à la pulsion de mort et à la jouissance particulière qui y est liée.

 

Comité científico de las jornadas / Comité scientifique des journées :

Graziella Baravalle, Luigi Burzotta, Roland Chemama, Claude Dumézil, Marcelo Edwards, Jorge Gómez, Christian Hoffmann, Cristina Jarque, Silvia Lippi, Gorana Manenti, Rosa Navarro, Gérard Pommier, Claus Rath y Francisco Rengifo,

Comité de organización / Comité d'organisation :

Lola Burgos, Luigi Burzotta, Roland Chemama, Claude Dumézil, Marcelo Edwards, Jorge Gómez Alcalá, Alfonso Gómez Prieto, Cristina Jarque, Gorana Manenti, Gérard Pommier, Claus Rath.

Gestión:

- Cristina Jarque : cristinajarque@gmail.com

- Lola Burgos : lola_burgos@yahoo.es

- Jorge Gómez Alcalá : jorgegomezalcala@hotmail.com

 

Programa de las jornadas

Programme des journées

 

VIERNES 14 DE JUNIO / VENDREDI 14 JUIN

 

14:00 Recepción / réception

14:30 Apertura / ouverture: Excelentísimo Sr. Don Emiliano García-Page, Alcalde de Toledo

14:45 Presentación / présentation: Roland Chemama y Cristina Jarque

15:00 Inauguración de las Jornadas / Introduction au theme des journées - Gérard Pommier

 

15:30 a 17:00 coordinador / modérateur :Graziella Baravalle

-          Claus Rath: Encadenamiento y desencadenamiento en Freud / Enchaînement et déchaînement chez Freud.

      -     Hervé Bentata: La pasión de la letra / La passion de la lettre

-          Gorana Bulat-Manenti: Elementos desencadenantes de un amor erotómano / Eléments déchainés d'un amour érotomane.

 

17:00 a 17:30 Pausa / Pause

 

17:30 a 19:00 coordinador / modérateur : Cristina Jarque

 -   Lola Burgos: Juana de Castilla y Teresa de Avila: pasiones sin límite / Juana de Castilla et Teresa de Avila: passions sans limite

-          Soledad Godano: Pasiones desenfrenadas: de Eros a Tánatos / Passions déchaînées: d'Éros à Thanatos.

-          Jean-Marie Fossey: Camille Claudel: el enigma de un destino / Camille Claudel l'enigme d'un destin

 

19:00 a 19:30 Pausa

 

19:30 a 21:00 coordinador / modérateur : Marcelo Edwards

-          Rosa Navarro: Pathos: Hasta el sol tiene manchas / Pathos: Même le soleil a des taches.

-    Estrella Fernández: Camille Claudel: Una pasión desenfrenada / Camille Claudel: une     passion dechâinée

-     Jean-Claude Aguerre : Pasión pánico / Passion panique

 

21:00 FIN

 

 

SABADO 15 DE JUNIO / SAMEDI 15 JUIN

 

10:00 a 11:30 coordinador / modérateur : Roland Chemama

-          Cristina Jarque: Frida Kahlo: pasión que cautiva / Frida Kahlo: passion qui captive.

-          Gérard Pommier: Pasión de la repetición / Passion de la repetition

-     Marcelo Edwards: LA Verdad como pasión / LA Vérité comme passion

 

11:30 a 12:00 Pausa / pause

 

12:00 a 13:30 coordinador / modérateur : Rosa Navarro

-          Luigi Burzotta: Enamodamiento / Hainamoration

-          Graziella Baravalle: M. Butterfly: la pasión de la ignorancia / M. Butterfly: la passion de l'ignorance

-          Catherine Fava Dauvergne: Alocadamente, ¿sin excederse? / A la folie, pas du tout?

 

13:30 a 16:00 COMIDA / DÉJEUNER

 

16:00 a 17:30 coordinador / modérateur : Lola Burgos

-          Jorge Gómez Alcalá: La pasión en Cervantes: Don Quijote y Sancho Panza / La passion dans Cervantes: Don Quijote et Sancho Panza

-          Marisa Pronesti: Pasiones del odio. Pasiones políticas / Passions de la haine. Passions politiques

-          Ahmed Bouhlal: Pink, apasionadamente / Pink, passionnément

 

17:30 a 18:00 Pausa / Pause

 

18:00 a 19:30 coordinador / modérateur : Graziella Baravalle

-          Astrid Zeceña: La sábana, el fantasma y coincidencias pasionales en Bataille / Le drap, le fantasme et les coïncidences passionnelles chez Bataille.

-          Arlette Pellé: La pasión de lo extremo en la clínica contemporánea / La passion de l'extrême dans la clinique contemporaine

-          Liliana Filipovic: Arreglo de cuentas con el goce / Règlement de comptes avec la jouissance

 

19:30 FIN

 

20:00 Reunión de los miembros de la Fundación europea para el psicoanálisis / Réunion des membres de la Fondation européeenne pour la psychanalyse.

 

21:30 CENA / DINER

 

 

DOMINGO 16 DE JUNIO / DIMANCHE 16 JUIN

 

10:00 a 11:30 : coordinador / modérateur : Rosa Navarro

-          Jorge Cacho: ¿Qué nos enseña la apatía sobre la pasión? / Qu'est-ce que l'apathie nous enseiggne sur la passion?

-          Hélène Godefroy : El hombre que amaba a las mujeres / L’homme qui aimait les femmes

-     Françoise Decant: La "pasión" de Jacques Lacan / La "passion" de Jacques Lacan

 

11:30 a 12:00 Pausa

 

12:00 a 12:30 ¿Me apasiona el psicoanálisis? / Suis-je passionné par la psychanalyse?

                        Roland Chemama

 

12:30 Clausura de las jornadas / Clôture des journées : Roland Chemama

13:30 FIN

 

                                                                            

Informaciones prácticas

Renseignements pratiques

El precio de inscripción a las jornadas es de 90 euros. Para los miembros de la Fundación 60 euros y para los estudiantes 30 euros, a pagar in situ.

Les  frais d’inscription aux journées d’étude sont de 90 euros, membres de la Fondation 60 euros, étudiants 30 euros, à régler sur place.

Reservaciones en el hotel ALFONSO VI en Toledo: 925-28-12-10

Reservations à l’hôtel ALFONSO VI à Toledo : 925-28-12-10.


JOURNÉE

Le premier weekend du mois de mai aura lieu à Berlin une journée italienne avec la participation de quelques membres de la Fondation. Il s’agit d’un travail clinique présenté par Luigi Burzotta (Rome) - La voce del Padre, risonanze della parola in un caso clinico -, avec comme discutante Johanna Vennemann-Bär (Kassel/Rome), et des interventions sur la question de la Laienanalyse telle qu'elle se présente aujourd'hui, notamment en Italie (dans chaque pays on se confronte de façon particulière avec la problématique générale). Interviendront :
Giuliana Bertelloni (Florence), Simone Berti (Florence), Alberto Zino (Florence), Davide Radice (Milan), Antonello Sciacchitano (Milan).
Les deux derniers ont récemment publié une nouvelle traduction, munie de commentaires, de prises de position parfois critiques à l’égard de Freud (ils le trouvent, malgré son refus de l’impérialisme médical, trop proche de la médecine) : La questione dell'analisi laica. Conversazioni con un imparziale di Sigmund Freud, A. Sciacchitano e D. Radice. Ed. Mimesis, Volti 2012.




Colloques parisiens

de la Fondation européenne pour la psychanalyse

2012-2013

 

organisés par G. Bulat-Manenti, R. Chemama,
C. Hoffmann 
et H. Godefroy


Le 13 avril 2013, de 14h30 à 17h30

Université Paris Diderot-Paris 7


Salle 247 E, Halle aux farines, 10 rue Françoise Dolto 75013
participation aux frais 10 euros

 

Figures de la passion
avec les interventions de 
J-C Aguerre, G. Bulat-Manenti, H. Godefroy,
et J-J. Tyszler

 

La Fondation européenne pour la psychanalyse organise à Tolède, du 14 au 16 juin, un colloque intitulé : Passions déchaînées. N’est-ce pas une occasion de rappeler que le thème de la passion, curieusement, n’est pas souvent abordé par les psychanalystes ?
Il est vrai que les figures de la passion sont peut-être diverses autant que leurs objets. Nous nous proposons, le 13 avril, d’en explorer quatre, lors d’une après-midi qui permettra déjà de repérer les enjeux de cette question.
Jean-Jacques Tyszler nous rappellera, en reprenant la lecture lacanienne de G. de Clérambault, que La "passion des étoffes est passion de la lettre ". Ainsi cette passion singulière ferait entendre comme rarement que le tissu est support d'une extase qui fait « crisser » la littéralité.
Hélène Godefroy abordera pour sa part La passion du corps au féminin, en s’appuyant sur la clinique contemporaine, celle de ces jeunes filles qui s’exposent au regard des hommes, hystérisant leur féminité en se faisant l’objet idéal.
G. Bulat-Manenti a choisi pour titre : Pas-toute érotomane. Elle se demandera si un travail analytique est possible avec un sujet présentant une problématique érotomane. A partir d'un cas clinique elle abordera la mise en place  du transfert et les difficultés de son maintien ainsi que la place et la position de l’analyste dans ce travail particulier. 
Enfin J-C. Aguerre nous parlera de La passion comme panique. Panique au sens étymologique : lorsque les armées s’approchaient du dieu Pan, les soldats ne se reconnaissaient plus entre eux et s’entretuaient.



 

Colloques parisiens de la Fondation européenne pour la psychanalyse

2012-2013 

organisés par G. Bulat-Manenti, R. Chemama, C. Hoffman et H. Godefroy

 

Le 8 décembre 2012, de 14h30 à 17h30

Université Paris Diderot-Paris 7

Salle 247 E, Halle aux farines, 10 rue Françoise Dolto 75013

participation aux frais : 10 euros

 

Qu’est-ce qu’un père aujourd’hui ?

Débat avec A. Pellé, j-P. Lebrun, G. Pommier, L.Sciara

 

       Une controverse traverse depuis quelques années les divers groupes de psychanalystes. Quelle place faut-il laisser au modèle familial et social prévalent dans la détermination des névroses ? Et plus particulièrement est-ce que les mutations sociales ont produit, durant la seconde moitié du vingtième siècle, une « nouvelle clinique » ?

       Ces questions, qui ont été abordées lors du dernier congrès de la Fondation européenne pour la psychanalyse, nous avons décidé de les reprendre, à Paris, le 8 décembre 2012. Si l’on ne veut pas en rester à des formulations très générales, qui entraînent souvent des prises de position peu nuancées, les points de discussion possibles sont nombreux. Qu’est-ce qui, par exemple, serait le plus pertinent pour rendre compte des mutations de la clinique, quelle que soit d’ailleurs l’importance qu’on leur accorde ? J. Lacan évoquait, dans sa « note sur l’enfant » ce qui se passe lorsque l’enfant « devient l’objet » de la mère, lorsqu’il « réalise » la présence de l’objet a dans le fantasme. Faut-il alors retourner au lien mère enfant pour entendre quelque chose à ce qui se passe dans la clinique contemporaine ?

       Il est clair cependant que ces premières questions engagent celle du père. Dans la société contemporaine, la place du père a changé. Le législateur a pris ces modifications en compte, ou même les a précédées. Le rapport à la sexualité s'en est trouvé modifié, et les symptômes ne présentent plus la même enveloppe formelle. La clef de voûte de la structure est-elle alors en train de s'effondrer, ou bien s'agit-il seulement d'un nouvel agencement du complexe maternel ? Ces questions cruciales sont l'occasion de divergences et de débats dont il faudrait aujourd’hui approfondir les enjeux.

 


 

Fondation Européenne pour la Psychanalyse

 

Groupe clinique Inconscio a Firenze

 

Giardino Freudiano          Laboratorio di ricerca freudiana

 

 

La Psychanalyse et la cure 

Florence le 27 octobre 2012

Accademia toscana di scienze e lettere, La Colombaria, Via sant’Egidio 23/1

 

Selon la version officielle de l’histoire du mouvement psychanalytique, faite à l’usage de l’IPA, Ferenczi serait un analyste à l’esprit pressé d’un commis voyageur possédé par la furor sanandi et soucieux d’abréger le temps de l’analyse. Cette version est fausse. Ferenczi a été le premier analyste à avoir conduit  des analyses qui ont duré des années. Si le temps avait son importance dans ses recherches, c’était en fonction de cette question : est-ce que la psychanalyse est une opération sans fin, auquel cas l’amour du transfert serait la maladie même dont elle prétend guérir le patient, ou bien a-t-elle une fin et laquelle ? Dans une communication faite en 1927 au Congrès d’Innsbruck, consacré à cette question, il se réfère à une remarque de Freud selon laquelle le moment où le patient déclare avoir simulé jusque là est un bon signe qui annonce la proximité de sa guérison puisque, jusque là il vivait effectivement dans la mensonge du fantasme. Partant la fin de l’analyse consiste dans le renoncement aux fantasmes. Si l’on ajoute que dans un autre texte, Ferenczi souligne que cela n’a rien d’étonnant si le patient se montre peu reconnaissant envers son médecin, car si ce dernier le débarrasse tout aussi bien de la jouissance qui  sous-tendait ces symptômes, on peut conclure que, selon Ferenczi, renoncer au fantasme et renoncer à la jouissance, c’est tout un. Reste à préciser qu’il voit là une fin idéale. « Si vous me demandez, dit-il, si je peux faire état de beaucoup d’analyses achevées ainsi, je dois vous répondre : non. » (Psychanalyse 4, p. 52)D’où se posent pour nous ces deux questions : a) avons nous une autre réponse qui ne soit pas jargon à la question de Ferenczi ? b) si l’on admet sa réponse, pouvons-nous prétendre à des meilleurs résultats ?

Moustapha Safouan

9h 00 Inscription

 9h 30 Accueil: GIULIANA BERTELLONI

9h 40 Introduction: LUIGI BURZOTTA

La Psychanalyse et la cure Clinique - Pratique - Le Trait du Cas  Claude Dumézil

Le trait du cas, une clinique du réel  Dolorès Frau – Frérot

10h 30 Présentent : GIULIANA BERTELLONI       XAVIER BARRET        

Le réglage de la position paternelle fait-il écho à la conduite de la cure analytique? Guy Dan                                                                                        

Psychose: Position de l'analyste dans La Cure  Luis Tarragona

La Création et la cure, parcours parallèle Enjeux identique ? Alain Passot

Que devient l’analyste dans le transfert : signifiant ou objet? Christian Hoffmann 

La cura del desiderio nell’anziano Alfeo Foletto

 

12h 00 Présentent: RENATA BARBIERI       GIAMPIERO BELLI

 Le Caire 01-09-1995 Moustapha Safouan

 La « cure » avec le patient toxicomane  Michèle Benhaim

L’amour dans le contexte de la cure Francisco Rengifo

Transfert et improvisation  Laura Pigozzi

La psicanalisi: cura o formazione Ettore Perrella

Le trait et la distance, la question de l’identification dans un cas de psychose Silvia Lippi                                                                                                                                                                                                    13h 30 – 14,30 Pause 

14h 30 Présentent: MARIA CONCETTA PINTO            SIMONE BERTI

Significato psicanalitico delle idee d’immortalità della Sindrome di Cotard  Yorgos Dimitriadis                                                                                         

Un sentiment de pitié  Gabriela Angela Zadra

Les solutions auto thérapeutiques dans les psychoses et la place de l’analyste  Fabiana Lucia Campos Baptista                                                                    

L'analyse et le désir de guérir  Didier Lauru

La phobie du rouge  Giampiero Belli

La pulsion de mort dans la cure   Marielle David 

 

16,00 Présentent: SILVIA PILATI                                  PATRIZIA LUPI

De la clinique psychanalytique à la pratique de la psychanalyse  Bernard Bremond

La psicanalisi e la cura Davide Radice

Uno spettro si aggira per l’Europa lo spettro di una psicanalisi che ha ancora voglia di essere critica    Giovanni Rotiroti

Il finestrino del treno Alberto Zino

La dénégation dans l’hystérie    Monique Lauret

« Freud apporte, qu’au cœur de la constitution de tout objet, il y a la libido. Si cela a un sens, cela veut dire que la libido ne soit pas simplement le surplus de notre présence praxique dans le monde,… dans l’ensemble pratiquement nous…nous faisions fort bien notre affaire de ramener les gens à la leur, d’affaire, bien sûr, seulement, ce qu’il y a de certain, c’est que même quand nous épinglons ce résultat  sous la forme de succès thérapeutique, nous savons au moins ceci… : ou que nous l’avons fait en-dehors de toute espèce de voie proprement analytique, et alors que ce qui clochait au cœur de l’affaire, car c’est de cela qu’il s’agit, cloche toujours – ou  bien que si nous sommes là parvenus, c’est justement dans toute la mesure [où] nous avons été ailleurs, vers ce qui clochait, ce qui touchait, au centre, le nœud libidinal » Jacques Lacan, L’identification 20 juin 1962.Pour parvenir au cœur de « ce nœud libidinal » la pratique de l’analyse court des rues qui ne visent pas un « résultat sanctionnable dans le sens de l’adaptation ». Ce sont des sentiers qui demandent le survol des « petites affaires », qui induisent au dire un battement d’ailes : pour que la parole retrouve son terrain originaire, le creuset où elle une fois s’est formée et où continuellement elle se renouvelle : pour inventer, dans des nouvelles formes inattendues mais quelque fois aussi insensées, un savoir nouveau où finalement le sujet se retrouve. Seulement en s’abstenant de toute intention à vouloir « ramener les gens au bien-être de leur Sorge », est alors permis au dire, qui se veux psychanalytique, d’haler par ces chemins à condition de les déblayer de tout savoir prédéfini, en tant que c’est la libido qui traine. « Grâce â ces voies nous apportons, dans un lieu complémentaire qu’elles ne concernent pas, si ce n’est par retentissement, des retouches, c’est le maximum de ce qu’on peut dire ». Ça peut paraître un risible résultât de se borner à seulement « apporter par retentissement des retouches », mais lors que cela advienne, c’est le signe que quelque chose est changé dans l’économie libidinale.

Luigi Burzotta

21h 00   Diner sur réservation

Pour des raisons d’organisation est absolument indispensable nous faire connaître à l’avance votre participation au repas du samedi soir (environ 40 euro).

Merci de confirmer votre présence: luigi.burzotta@live.it

TEXTES de la Journée d'étude en français et italien

 
 

CONGRES
                
FONDATION EUROPÉENNE

 pour la PSYCHANALYSE
                             
  8 - 10 Juin 2012

   BARCELONE
 Gallery Hotel  C. Roselló 249

 

AVEC QUEL INCONSCIENT
TRAVAILLONS-NOUS ?

              
  
Reprendre un questionnement sur l'inconscient constitue aujourd'hui une nécessité. Les dernières décennies ont vu en effet se multiplier des pratiques thérapeutiques prétendant chacune à la plus grande efficacité, tout en étant -est-ce un paradoxe ?- de plus en plus empiriques. Mais comment pourraient-elles avoir la moindre pertinence, puisqu'elles espèrent guérir un sujet en commençant par méconnaître l'inconscient qui le détermine, et détermine donc aussi le symptôme qu'elles prétendent soigner ?
Il est vrai d'ailleurs que Freud, lorsqu'il reconnut la nécessité de laisser sa place à l'inconscient, en fit seulement une hypothèse nécessaire. L'inconscient, par définition, n'est l'objet d'aucune perception, mais il faut le supposer à partir de ses effets, qui eux sont incontestables.
Nous ne prenons sans doute plus les choses ainsi aujourd'hui. Plutôt que supposé, l'inconscient nous apparaît réel –c'est du moins une formulation à laquelle Lacan en vint à la fin de sa vie-. Cette définition invalide-t-elle, cependant, celles qui furent données précédemment, y compris par Lacan lui-même? Sans doute pas, d'autant que pour nous la question est moins ontique (quel serait l'être de l'inconscient), que pratique et éthique (avec quel inconscient travaillons-nous?).
Comment concevoir l'inconscient s'il est vrai que l'équivoque, plutôt que le sens, peut soulager le sujet de symptômes qui le handicapent? Mais aussi comment le concevoir si pour chacun un noyau irréductible semble résister à toute interprétation, de sorte que l'analyse, qui permet au sujet seulement de s'en approcher, le laisse aussi devant la responsabilité de donner une issue un peu moins cruelle à ce qui commande son destin?

PROGRAMME DU CONGRES

RAPPORT MORAL DE ROLAND CHEMAMA

TEXTES DU CONGRES en français

TEXTES DU CONGRES en espagnol
 

 

 


La Fondation Européenne pour la Psychanalyse

a coorganisé le

 

Congrès Mondial de la Psychanalyse

« Politiques du bonheur »

 

qui s’est tenu à Kiev du 24 au 28 mai 2012.

 

Gérard Pommier est intervenu sur le thème

« Attention, bonheur ! »

 

Gorana Bulat-Manenti est intervenue sur le thème 

« Le bonheur déçu : exemple clinique d’efficacité psychanalytique dans un cas de mélancolie »

 



POUR EN FINIR AVEC LE CARCAN DU DSM

L’obligation d’une référence diagnostique au DSM nuit à la scientificité ; elle contrarie le soin psychique ; elle est coûteuse pour les Etats ; elle paralyse la recherche et l’enseignement

 
La « souffrance psychique » déborde la définition habituelle des maladies, car elle peut concerner chacun. L’Organisation Mondiale de la Santé la c